Le Docteur Rony Gilot est mort

Rony Gilot n’est plus. L’homme qui s’est attelé à nous rafraichir la mémoire sur l’histoire contemporaine d’Haïti a rendu son dernier souffle ce mercredi 6 Octobre 2021 à l’Hôpital Saint-Luc où il avait été hospitalisé. 

Publié le 2021-10-06 | lenouvelliste.com

C’est une encyclopédie vivante qui part. Rony Gilot qui en mai dernier signait “ La volupté sacrilège de l’autocratie” à la 27e édition de Livres en folie avait encore une fois battu les records de ventes malgré la pandémie. Paré de sa chemise guayabel blanc, il accueillait avec cet éclatant sourire dont il semblait ne jamais se départir, les dizaines de lecteurs qui faisaient la queue pour obtenir un précieux dédicace de lui. Nul ne se doutait, à ce moment, que cet habitué de la grande messe du livre était à sa dernière signature.  

Médecin, chirurgien, politologue, enseignant, le Docteur Rony Gilot a eu un beau parcours. Né à Grand-Gosier le 7 janvier 1941, il rentre à Port-au-Prince vers l’âge de 5 ans où il est reçu en correspondance chez une tante. À cette époque, il se croyait prédestiné à être prête et les frères du Petit-Séminaire Collège Saint-Martial où il est d’ailleurs scolarisé le prennent sous leur emprise. Il entrera à l’école apostolique au Petit-Séminaire en classe de sixième, mais en quatrième perd sa vocation. Il se tourne vers la médecine, son autre amour.  Il sera nommé le 27 août 1966 médecin résident en chirurgie à l’Hôpital général de Port-au-Prince, puis fera office de Professeur-moniteur de sémiologie à la Faculté de médecine de Port-au-Prince et deviendra médecin de service en chirurgie à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti de 1969 à 1982. 

Docteur Gilot a été élu à trois reprises, entre 1973 et 1986, député inamovible de la circonscription Thiotte – Grand-Gosier et Anse-à-Pitre. Ancien Ministre de la coordination et de l’Information entre 1978 et 1979, c’est un duvaliériste assumé mais pas un fanatique. Il a d'ailleurs dans plusieurs ouvrages tenté d’apporter un éclairage sur cette période ô combien importante de notre histoire. Membre du Conseil national d’Action jean-claudiste (CONAJEC), Rony Gilot a été membre de l’assemblée nationale constituante qui a rédigé la constitution du 27 août 1983. Membre fondateur et secrétaire général du Parti National Progressiste (1985), Rony Gilot a été vice-président du Parti National Républicain (PNR) en 1993 avant d’être secrétaire général du parti Action Démocratique pour Bâtir Haïti : ADEBHA entre 2000 et 2004. 

Le Docteur Gilot est un témoin privilégié de la politique de ce pays. Il a toujours été, à un titre ou à un autre, dans le giron des politiques. Ancien consultant du Conseil Électoral Provisoire (CEP) entre 2001 et 2004, conseiller politique spécial du Président du Sénat entre 2001 et 2004, puis en 2006, Dr Gilot fut directeur de Cabinet des présidents de la Chambre des députés pour la période allant de 2006 à 2011. Il a été par la suite, Directeur de Cabinet du Premier Ministre Gary Connille, à qui il a d’ailleurs consacré un ouvrage en 2012.  Il a aussi servi comme membre du Cabinet du président du Sénat (2012-2014), secrétaire général adjoint de la Présidence pendant un an en 2016. Il était depuis avril 2014, secrétaire général du Sénat.

Dr Gilot était aussi un citoyen très actif. Le passionné de football avait été élu délégué du Violette Athletic Club en novembre 1971. Il en est devenu le secrétaire général, le trésorier, le vice-président et le président un peu plus tard. Celui qui a aussi enseigné l’écologie à l’Institut Haïtien de Santé Communautaire (INHSAC) avait été conseiller de la Chambre de Commerce, d’Industries et des Professions du Sud’Est d’Haïti (CCIPSEH). 

Auteur à succès et très polifique, le politique nous lègue toute une série d’ouvrages de la collection Au gré de la mémoire dont :  François Duvalier le mal aimé ; Au gré de la mémoire : Jean-Claude Duvalier, l’ingénuité captive ; Au gré de la mémoire : Jean-Claude Duvalier, la chance galvaudée ; Au gré de la mémoire : Gary Conille, le passage d’un météore, Au gré de la mémoire : Roger Lafontant ou la destinée tragique d’un fauve politique ; Au gré de la mémoire : Henri Namphy ou le rhum amer de la bamboche démocratique ; Au gré de la mémoire : Leslie F. Manigat ou les infortunes du risque calculé ; Jocelerme Privert ou les conjonctions mytérieuses de la destinée ; Au gré de la mémoire : Jovenel Moïse ou la chronique d’une chute toujours imminente ; Au gré de la mémoire : Prosper Avril ou l’ambition fracassée ; Au gré de la mémoire : Youri Lambert et Joseph Lambert à tire d’aile au firmament du Sénat ; 

À ceux-là, il faudra aussi ajouter : Un geste trempé de larmes, Tome I. La foulée conquérante ; Un geste trempé de larmes, Tome II : Les frénésies de l’adolescence ; Un geste trempé de larmes, Tome III : La verge d’airain.



Réagir à cet article