Une 12e édition réussie pour le festival interculturel « Kont anba tonèl »

En dépit de la situation difficile et précaire du pays, la 12e édition du festival « Kont anba tonèl » s’est déroulée comme prévue du 17 au 21 septembre 2021. Le public présent aux spectacles, les organisateurs en sont sortis satisfaits… Un nouveau succès pour ledit festival organisé sur le thème « À la découverte de Déita ».

Publié le 2021-09-23 | lenouvelliste.com

Plusieurs faits ont marqué l’édition du festival interculturel « Kont anba tonèl » de cette année, avec d’une part des témoignages diffusés sur les réseaux sociaux et d’autre part les spectacles qui ont lieu en présentiel tout en respectant les mesures barrières liées à la pandémie de Covid-19. Le festival a été lancé dans la matinée du 17 septembre 2021 par une conférence de presse dans les locaux de la Direction nationale du livre (DNL), puis s’est tenue un peu plus tard la première soirée d’animation de contes et de projections entre autres. Le jour suivant, soit le 18 septembre, des témoignages ont été diffusés sur les réseaux sociaux autour de la vie de la conteuse à l’honneur durant cette édition : Déita, de son vrai nom Mercedes F. Guignard. Dans le cadre de ces témoignages d’anciens proches de la conteuse figure celle de sa fille Chantale Guignard Jean-Julien. Le jour suivant, soit le dimanche 19 septembre, un grafiti de la tête de Déita a été dessiné sur un mur à la rue Nicolas (centre-ville de Port-au-Prince), oeuvre signée OliGa.

Et cela a continué le lundi 20 septembre 2021 où une fructueuse conférence-débat s'est tenue à la Maison Dufort au cours de laquelle Michelle Duvivier Pierre-Louis et Gaëtan Mentor ont pu intervenir sur la thématique. « Dans l’univers merveilleux et mystique de Déita », suivi d’un spectacle de conte, assuré par Djimy Pétiote, membre de « Atelye lanjelis ». Exposition, causeries, ateliers d’écritures, spectacles de conte…rien n’a manqué au festival.

Le festival a été bouclé avec une journée pleine d'activités le mardi 21 septembre. Expositions, ateliers... Toutefois, c’est Yanvalou qui a accueilli la soirée de clôture du festival interculturel de contes organisé à l’initiative de Foudizè Théâtre où les quatre conteurs accompagnés de musiciens, dont Barnabé et Kesnel Desrivières, ont offert leur prestation au public. La soirée coïncidant avec la date de naissance de la feue Déita, a été baptisée « Bon thé et tranpe», question de rendre hommage à cette grande dame pour ses multiples connaissances en plantes médicinales, selon ce qu’a fait savoir le responsable de communication du festival Billy Élucien.

Au terme de cette 12 édition du festival interculturel « Kont anba tonèl », les organisateurs se disent satisfaits de son déroulement et de la participation du public. « Malgré le contexte difficile, plusieurs centaines de personnes sont sorties pour prendre part au lancement du festival. De plus, les conteurs ont eu cette capacité d’emmener le public dans ce monde magique du conte », se réjouit Billy Élucien, qui au passage n'a pas tari d’éloges sur les supporteurs de cette activité.

L’édition du festival « Kont anba Tonèl » de cette année a servi de prétexte pour Foudizè théâtre de permettre au public de lier connaissance avec les travaux de la conteuse Mercedes F. Guignard dont les œuvres ont été peu connues. Dans la foulée, les organisateurs annoncent qu'ils mettront le cap sur la tenue de la prochaine édition du festival interculturel qui sera baptisée « Les elles du conte » et sera consacrée exclusivement à des femmes selon son responsable de communication, Billy Élucien.



Réagir à cet article