Malou Beauvoir et James Germain ont fait honneur à Haïti au festival Photoville

Publié le 2021-09-22 | lenouvelliste.com

À l’initiative de l’organisme « Haiti Cultural Exchange », Malou Beauvoir et James Germain ont tenu une heure de spectacle dans la programmation du Kick-Off party du festival dit « Photoville ». Organisée le samedi 18 septembre 2021, au Brooklyn Bridge Park, cette 10e édition du festival a réuni un large public de New-Yorkais pour la plupart; certains passionnés de photo et d’autres tout simplement en quête de distraction. Les deux chanteurs dont le répertoire est rempli de chants traditionnels vaudou ont fait honneur à la musique haïtienne.

Toute personne se trouvant au Brooklyn Bridge Park dans l'après-midi du 18 septembre se retrouvait dans un univers de sons, de couleurs, d'activités où chacun cherchait sa sphère. Il nous a fallu trouver notre chemin entre les mariés accompagnés de leurs photographes en quête du meilleur angle, les joggeurs, ceux qui sont venus en pique-nique, ceux qui observent à la loupe les différentes photos exposées dans le cadre du festival « Photoville », les amoureux, les marcheurs de chiens, les familles en balade et les curieux de toutes sortes; avant d’arriver à l'emplacement où Malou et James doivent se produire.

Ici, pas de sièges, mais du gazon vert, un podium à ciel ouvert, l’East River en contrebas, les gratte-ciels de Manhattan et le pont de Brooklyn comme background. La directrice de « Haiti Cultural Exchange », Régine Roumain, a introduit les artistes chargés d’apporter le son haïtien au public présent à 6 heures tapantes. Durant l’heure qui suivit, un florilège de musique traditionnelle à résonance vodou a égayé l'après-midi des festivaliers. Les Haïtiens présents n’ont pas mis longtemps à lancer des ayibobo tous azimuts, rapidement repris par l’assistance dans son ensemble.

Robe longue à motif coloré rappelant ses origines caribéennes, Malou Beauvoir investit la scène suivi d’un James Germain aux pieds nus, bonnet en tête, vêtu d’une jacket Dashiki assorti à son pantalon comme il en a l’habitude. La première chanson interprétée est « Gran Bwa ». Sérénité et émotions sont au rendez-vous dès les premières notes. S’ensuivirent des titres comme « Papa Damballah », « Yoyo », « Sole » ou encore « Lage l » de Beethova Obas. Tout au long de leur prestation, Malou et James précisent tour à tour, le sens des chansons majoritairement en créole. Pas besoin de comprendre la langue chantée pour saisir les émotions et l'énergie dégagée. Surtout face à un James Germain qui ne s’est pas retenu de produire des mouvements que lui inspiraient les rythmes enjoués des percussions. Le duo a clôturé son show en interprétant le titre « Rasanbleman » de Toto Bissainthe.

À voir les deux artistes jouer ensemble, on aurait dit qu’ils ont toutes leurs carrières respectives produit ensemble, tellement leur duo est dynamique. Ils ont scotché le public à un point où les organisateurs ont dû attribuer une dizaine de minutes supplémentaires à la performance. Nul doute que tout un chacun eut du bon temps, mais particulièrement tous ceux qui ont du sang haïtien dans les veines.

Soulignons que Malou Beauvoir et James Germain ont été accompagnés des musiciens suivants: Dawn Drake, Markus Schwartz, Monvelyno Alexis et Gashford Guillaume.



Réagir à cet article