Le commissaire Bed-Ford Claude interdit au PM Ariel Henry de quitter le territoire, celui-ci le démet de ses fonctions

Publié le 2021-09-14 | lenouvelliste.com

Le dossier de l’assassinat du président Jovenel Moïse connait de nouveaux rebondissements. Par lettre adressée au directeur de l’Immigration et de l’Emigration, Joseph Cianciulli, le commissaire du gouvernement a.i. de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude, interdit au PM Ariel Henry de quitter le territoire haïtien.

« Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince vous requiert de passer des instructions nécessaires au service concerné pour que le sieur Ariel Henry demeurant et domicilié à Port-au-Prince, identifié par son numéro d'identification fiscale 003-147-929-5, soit interdit de quitter par voies aérienne, maritime et terrestre le territoire national pour des présomptions graves d’assassinat sur le président de la République Jovenel Moïse, fait prévu et puni par l’article 240 et suivant du code pénal haïtien », indique Me Bed-Ford Claude dans cette correspondance datée du 14 septembre 2021.

Dans son réquisitoire supplétif d’informer dans le cadre de cette affaire, toujours le 14 septembre 2021, le commissaire du gouvernement a.i. de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude souligne qu’il a pu confirmer, à travers la Digicel, deux appels passés entre monsieur Ariel Henry et le fugitif et très recherché Joseph Félix Badio le 7 juillet 2021, ce, peu de temps après l’assassinat du président. Ces appels ont été géolocalisés à Pèlerin 5 et à l’hôtel Montana. « Qu’étant à Pèlerin 5, lieu de la commission de l’acte criminel, et sachant que le fugitif et inculpé Badio a physiquement participé à l’opération du 7 juillet ayant abouti à l’assassinat du président dans sa  résidence, ces deux appels, ajoutés, entre autres, aux récentes déclarations de monsieur Ariel Henry, défendant le présumé assassin Badio, le maître de l’action publique estime qu’il existe suffisamment d’éléments compromettants qui forment sa conviction sur l’opportunité de poursuivre monsieur Henry et de demander son inculpation pure et simple », précise le commissaire.  

Par ailleurs, le commissaire du gouvernement a.i. de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude, qui requiert le juge d’instruction Garry Orélien d’instruire sur ces nouvelles informations en inculpant Ariel Henry, expose aussi que les présomptions graves qui justifient la mise en accusation du PM Ariel Heny se trouvent renforcées face aux rapports à éclaircir que nourrit le chauffeur du PM Patrick Dormevil, ex-policier mis à pied, avec monsieur Marie Jude Gilbert Dragon, également ex-policier révoqué, et inculpés dans ce dossier.



Réagir à cet article