Les médecins diplômés de l'UNIFA viennent en aide aux sinistrés de la Grand’Anse

Une équipe composée de cinq femmes médecins diplômées de l’Université de la fondation Aristide (UNIFA), à travers des cliniques mobiles, s’est mise au service des victimes des communautés de  la Grand’Anse, victimes du séisme du 14 août 2021. La première clinique mobile a démarré au lycée de Chambellan tandis que d’autres sont prévues dans des communes et sections communales de la Grand’Anse.

Publié le 2021-09-14 | lenouvelliste.com

« Je suis le docteur Rose Laure Calas, originaire de Jérémie. Je suis de la promotion 2013-2019 de l’Université de la fondation Aristide. J’étais déjà sur place dans la Grand'Anse, en service social au moment du séisme.  En accord avec d’autres étudiantes de ma promotion qui y faisaient leur service social nous avons eu l’idée de former une équipe pour venir en aide aux populations victimes du séisme quand entre-temps le président de l’UNIFA, le docteur Jean-Bertrand Aristide, nous a contactés et nous a proposé son support en termes de matériel nécessaire et de médicaments pour les patients que nous allions consulter », confie l’une des membres de l’équipe, partageant  cette  expérience avec la communauté « unifariste » et la population haïtienne en général.

« En deux jours, j’ai consulté une centaine de patients, et ceci, pour différentes pathologies et nous leur avons offert gratuitement des médicaments, grâce au support du président de l’UNIFA », poursuit le docteur Rose Laure Calas, satisfaite de cette expérience et de l’opportunité de servir la population du département où  elle est née. 

Entre-temps, d’autres médecins unifaristes en service social à Corail et à  Pestel  ont  rejoint l’équipe, et depuis le lundi 6 septembre l’équipe offre des soins à  la population de Chambellan. « Notre clinique est installée au lycée de Chambellan, local qui nous a été offert par l’ASEC de la communauté. »

 « Le séisme m’a surpris dans la Grand’Anse et de là,  en accord avec les autres  collègues unitaristes, il nous est venu  l’idée  de nous mettre ensemble pour offrir des soins médicaux aux victimes du séisme », souligne le docteur Élicard Joseph, dont la mère est originaire de Pestel. Ce qui justifie son choix de faire mon service social à Pestel.

« Durant les deux  premières journées de clinique mobile, j’ai  consulté  60 personnes. La population apprécie notre travail. Nous allons vers les familles, nous faisons le porte-à-porte pour aller chercher les personnes qui nécessitent des soins médicaux de même que celles qui ont été blessées ou fracturées au moment du séisme », révèle le docteur Élicard Joseph, indiquant que dans les prochains  jours l’équipe se rendrait à Carcasse (les Irois) afin de poursuivre l’expérience dans tout le département de  la Grand’Anse.

« Contrairement aux  autres collègues, je ne suis pas de la Grand’Anse mais j’étais en service social à Corail quand le séisme a frappé les départements de la Grand’Anse, des Nippes  et du Sud.  J’ai été contactée par les docteurs Calas et Lubin pour intégrer le groupe qui voulait offrir leur service à la population. Je n’ai pas hésité  à l’idée d’intégrer le projet et je suis fière d’en faire partie », témoigne le docteur Géraldine Germéus, qui a rejoint le programme de clinique mobile de ses camarades de l’UNIFA depuis le lundi 6 septembre  2021.

 « Nous avons répertorié beaucoup de pathologies et  nous avons ausculté environ 300 malades au cours de ces deux derniers jours […] Il y avait un grand besoin et beaucoup de demandes en soins médicaux parce que dans  cette zone, aucun dispositif en termes de soins médicaux n’a été mis en place  pour les victimes avant notre arrivée », précise le docteur Germéus.

 L’équipe de médecins diplômés de l’UNIFA compte présenter des statistiques de manière périodique pour évaluer  le nombre de patients que nous avons auscultés et traités.



Réagir à cet article