Signature d’un accord politique

Ariel Henry et des organisations politiques de l’opposition signent un accord pour une « gouvernance apaisée et efficace »

Le Secteur démocratique et populaire (SDP), la Fusion, INITE, INIFOS, MTVAyti, Ansanm nou fò, Force louverturienne réformiste, PHTK sont, entre autres, les organisations politiques qui ont signé, le samedi 11 septembre 2021, un accord politique pour une « gouvernance apaisée et efficace » avec le chef du gouvernement Ariel Henry. Dans la résidence officielle du Premier ministre, ces leaders de l’opposition au président Jovenel Moïse promettent que le pays va désormais prendre les rails de la stabilité et du développement.

Publié le 2021-09-13 | lenouvelliste.com

« Le Secteur démocratique et populaire a pris la décision politique et historique de signer l’accord politique pour une gouvernance apaisée et consensuelle de cette période intérimaire. Ce n’était pas une décision facile… mais nous avons compris qu’il est venu le temps de construire ce pays sur une base consensuelle de dialogue permanent », a déclaré Me André Michel, porte-parole du SDP.

Selon lui, le SDP a signé cet accord politique parce qu’il a obtenu l’intégration de la diaspora dans la formation d’un nouveau Conseil électoral provisoire, la réalisation du procès PetroCaribe et faire la lumière sur les massacres de La Saline, du Bel-Air, de Delmas 32. « Nous signons cet accord politique pour l’avancement du dossier de l’assassinat du bâtonnier Dorval, pour le rétablissement de la sécurité et le démantèlement des gangs, pour la libération des prisonniers politiques… », a tenté de justifier Me André Michel.

Me André Michel a annoncé qu’incessamment qu'après la signature de cet accord, un gouvernement de consensus va être formé… « La seule concession qui a été faite, c’est l’établissement d’un exécutif bicéphale », a souligné Me Michel comme pour dire que pendant la transition il n’y aura pas de président provisoire de la République. Le pays sera dirigé par le Conseil des ministres sous la direction d’Ariel Henry, Premier ministre.

Pour sa part, le secrétaire général de la Fusion, Rosemond Pradel, a déclaré à la cérémonie de la signature de l’accord que « cet accord politique est un départ vers un projet national pour le pays. « Nous posons les premières pierres pour la reconstruction de ce pays. Se yon angajman nou pran pou n sòti Ayiti kote li ye la a… », a-t-il ajouté

L’ancien sénateur Sorel Jacinthe a dit signer l’accord politique non seulement au nom de INITE qu’il dirige, mais aussi au nom de la DIRPOD et du Protocole d’entente nationale alors que plusieurs membres du Protocole comme AAA, En  Avant et FND n’ont pas signé le document.

Le Premier ministre Ariel Henry a déclaré de son côté que « cet accord reprend la quasi-totalité des revendications légitimes et des recommandations formulées par divers secteurs de la vie nationale. « Certains le trouvent ambitieux, mais nous ne pouvons offrir moins à nos concitoyens qui veulent nous voir engager notre pays sur la voie du changement », a-t-il soutenu.

« J’ai l’assurance que cet accord permettra de conduire dans l’harmonie et la bonne entente les affaires de l’État durant la période intérimaire que je souhaite la plus courte possible afin d’atteindre notre objectif principal commun qui est un retour à un fonctionnement normal de nos institutions démocratiques sur des bases nouvelles, dans un environnement sûr et stable », a promis Ariel Henry.

« Dans les prochains jours, les dispositions seront prises pour la mise en œuvre de l’accord. Les différents organes prévus seront créés, et comme je l’ai dit à tous mes interlocuteurs, tout se fera dans le dialogue et la concertation permanente », a annoncé le Premier ministre. 

« D’autres compatriotes ont pris des initiatives et fait des propositions pour la gestion de la période intérimaire. Je les félicite pour leur intérêt pour les affaires publiques, a ajouté Ariel Henry. Je vais les rencontrer et discuter avec eux de la possibilité de faire taire nos querelles intestines et de rassembler nos énergies, pour regarder ensemble dans la même direction, celle de la transformation de notre pays et de notre société. Je ne désespère pas de les convaincre de la nécessité pour toutes les Haïtiennes et tous les Haïtiens de s’unir pour avoir la force nécessaire pour faire face aux périls qui nous menacent tous. »

Pendant tout le week-end, « de nombreuses organisations et personnalités viendront signer l’accord pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire.  L’accord restera ouvert à la signature d’autres organisations », a révélé le chef du gouvernement.



Réagir à cet article