Hult Prize/ conférence

Pour la création d’emplois dans le secteur agro-alimentaire en Haïti

Le prix Hult Prize nous revient. Une conférence a été tenue à l’Université Quisqueya (UniQ), sise à Turgeau, à Port-au-Prince, le lundi 6 septembre 2021, à l’intention des participants du prestigieux concours annuel Hult Prize. Au cours de cette rencontre, le professeur Jean Dudson Ariscat a entretenu les etudiants sur la création d’emplois dans le secteur agro-alimentaire, dans le contexte de libre échange. Le thème du prix Hult de cette année est la suivante: "Créer 2000 emplois pour 2024 en pensant global et en agissant local".

Publié le 2021-09-08 | lenouvelliste.com

D’emblée, le professeur Jean Dudson Ariscat a tenu à situer la formule « Penser global, agir local », employée pour la première fois au sommet sur l’environnement en 1972. Pour l'enseignant, les tenants de cette formule voulaient s’assurer de la bonne utilisation des ressources pour la survie de la planète. Nos actions au niveau local ont des répercussions  sur le global, rappelle-t-il. Toutefois, dans le contexte économique, la formule prend un autre sens, celui de comprendre la situation d’Haïti dans la sphère globale, a-t-il souligné.

Selon le spécialiste, il faut comprendre le fonctionnement du global pour pouvoir définir les stratégies. Il faut pouvoir évaluer les opportunités, nos forces et nos faiblesses tout en pensant que le globale, marqué par le libre échange, tend toujours à absorber le local. On doit être compétitif pour pouvoir exister et résister dans le contexte de globalisation. Il faut pouvoir produire davantage et à moindre coût. Pour ce faire, un ensemble de paramètres s’imposent.

Comprendre la création d’emploi dans l’agro-industrie

Pour  Comprendre la création d’emploi dans l’agro-alimentaire, il faut d’abord comprendre le lien existant entre l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire. Selon l’enseignant, il y a une relation symbiotique entre l'agriculture et l'agro-industrie. Il ne peut pas y avoir une industrie performante, s’il n’y a pas une agriculture performante, a fait remarquer le professeur. C’est l’agriculture qui fournit les matières premières à l’agro-industrie. Malheureusement, l’agriculture haïtienne est une agriculture de subsistance qui arrive à peine à satisfaire 50% de la demande nationale, regrette-t-il. Nous importons 50% de ce que nous consommons. Pourtant, les produits transformés représentent  70% de notre consommation. D'où l'importance de l'industrie agroalimentaire.

Le diagnostic de l'agriculture haïtienne 

Selon Ariscat, le secteur de l'agriculture n'est pas un secteur compétitif; les chiffres le démontrent. En Haïti, il y a environ un million d'exploiteurs agricoles utilisant en moyenne 0,7 de carreau. 26 % de notre exploitation a une superficie d'un carreau, 74% a moins d'un carreau. Selon Ariscat, nous enregistrons un rendement très faible. En plus du déficit que nous enregistrons dans la production, il y a une absence criante de structures spécialisées dans le secteur. Il n'y a pas de fournisseurs d'intrants, d'associations de producteurs encore moins de crédit agricole, tandis que le financement est au coeur du développement agricole.

Pour la creation d'emploi dans l'industrie agro-alimentaire en Haiti 

En vue de créer des emplois dans le secteur, le professeur fait un ensemble de propositions. Pour l'enseigant, la règle unique est la compétitivité. Il faut être competitif si on veut exister et resister, rapelle-t-il. Il faut aussi, selon lui,  créer des conditions pour exploiter le potentiel. Des décisions appropriées doivent être aussi prises par les decideurs. La participation du secteur privé est fondamentale pour la creation d'emploi dans cette industrie, conseille-t-il. Il faudrait aussi un secteur professionnel agissant sans oublier l'université qui doit aussi jouer son rôle.

Cette rencontre a été bien accueillie par les participants. Elle est la deuxième d'une série prévue dans le cadre de cette édition. La community  Builder, Katiana Jean se dit heureuse de la réussite de cette conférence. Elle dit espérer que les étudiants soient bien encadrés pour pouvoir mieux représenter le pays  dans ce concours international.

Notons que le prix Hult est un oncours annuel qui rassemble les idées du MBA et les étudiants après les avoir mis au défi de résoudre un problème social pressant autour de sujets tels que la sécurité alimentaire, l'accès à l'eau, l'énergie et l'éducation. 



Réagir à cet article