Tout bouge autour de nous

Publié le 2021-08-16 | lenouvelliste.com

« Trois mois après le séisme survenu en Haïti en janvier 2010, Dany Laferrière a publié la chronique Tout bouge autour de moi. Un livre témoin qui montre l’écrivain face à l’extrême. Un citoyen debout qui interroge l’existence, avec gravité, revenant sur des questions existentielles : Comment dit-on la catastrophe ? Comment imagine-t-on demain ? Comment reste-t-on en vie quand tout s’écroule ? Comment garde-t-on l’élégance dans ces situations de délabrement ? Dans « Tout bouge autour de moi », Dany Laferrière a décrit telle une leçon de vie, la manière de rester debout quand tout tombe aux alentours. C’était le séisme. Et le regard blessé d’un enfant du pays. » C’est ainsi que Mémoire d’Encrier présente « Tout bouge autour de moi », l’un des romans du séisme en Haïti. Cette histoire s’actualise lorsqu’un séisme d’une magnitude de 7,2 a frappé le grand Sud du pays, le samedi 14 août 2021.

Panique. Incertitude. Vulnérabilité. Le département des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse sont les plus touchés. Le bilan provisoire, 1 419 décès, 5 700 blessés, et plus de 13 000 maisons détruites. Le bilan s’alourdit de jour en jour. Mais que reste-t-il quand tout bouge autour de nous ?

Quand le cœur est imprégné de chagrin, le livre de l’académicien Dany Laferrière répond à ces questions troublantes.

« Tout bouge autour de moi », ce récit de Dany Laferrière inspiré du tremblement de terre du 12 janvier 2010 fait écho à ce que le grand Sud d’Haïti vit dans sa chair. Ce roman a été repris par les éditions Grasset en 2011.

Ce court récit  du petit-fils de Grann Da se révèle une mosaïque de tableaux dans lesquels l’auteur raconte avec luxe détails le phénomène «goudougoudou.» Il nous prend par la main et marche avec nous dans les lieux du drame. Les bâtiments fracassés, les cris de douleurs, la poussière, ses rencontres, les retrouvailles avec sa famille, le vécu au quotidien des gens ordinaires, des écrivains, des artistes.

Comment la population s'est-elle organisée après cet état de choc ? Il en parle avec un regard d’écrivain proche des siens. Il jette un coup d’œil sur les média, les ONG, le monde politique et la rumeur du monde sur cet évènement.

Que disent les mots de la réalité ? Et que révèle la réalité à travers les mots ?

L'auteur évoque dans cette chronique les multiples facettes de notre quotidien. Crise. Solitude. Mystère. Littérature. Beauté. Le regard se porte d'un point à un autre, dans d'innombrables directions. Chaque angle qu’il cristallise dans des pages fait découvrir au lecteur quelque chose qui aurait pu s’évanouir dans ce séisme qui a tant avalé des vies dans un grondement.

Lors du séisme qui a  fait tomber le Palais national, le palais législatif et le palais de la justice, le monde s’est mis à bouger autour d’un écrivain. Ce jour-là, il était accompagné de ses pairs à l’hôtel Karibe dans les hauteurs de Juvénat à Pétion-Ville.  L’écrivain français Michel Le Bris, père du festival littéraire de Saint-Malo « Étonnants voyageurs », décédé le 30 janvier 2021,  a vu bouger la terre, les êtres et les choses.  Thomas Spear, le grand spécialiste de la littérature contemporaine haïtienne, concepteur du site «Ile en île», a eu sa dose de frayeur. Quant à Rodney Saint-Éloi, il en fera un matériau littéraire de grande facture pour son édition.

C’est dans un contexte où Haïti fournit de la narration au monde que Dany, l’enfant d’Haïti, partagera son regard aux lecteurs. D’abord, il récolte à chaud les impressions, les données, il remplit son calepin, note ce qu’il observe, ce qu’il vit. À sa table d’écrivain, il écrit sur les gens qui cherchent leurs proches, les serveurs de l’hôtel qui s’habillent impeccablement. Il capte les petits riens dans leur saveur poétique : le hurlement des chiens, le chant des coqs, le bruissement des fleurs qui ont survécu à cette catastrophe de grande magnétude.

 L'écrivain canado-haïtien constate la résilience et l’appétit de vivre des habitants de Port-au-Prince. Il pose aussi un regard critique sur l’attitude des pays occidentaux face à Haïti.



Réagir à cet article