Jacques Stephen Alexis: l'héritage d'une œuvre littéraire remarquable

Jacques Stephen Alexis continue de marquer les esprits. Ce fils de la cité de l'indépendance (Gonaïves) figure parmi les grands de la littérature haïtienne et francophone. Cette plume d'or a laissé à la génération présente et celle du futur une œuvre littéraire remarquable. À la veille du centenaire de sa naissance, la revue Legs et Littérature à lancé un appel à propositions, lui consacrant son 18e numéro qui paraîtra en décembre prochain.

Publié le 2021-07-29 | lenouvelliste.com

« Jacques Stephen Alexis est un collosal écrivain, militant et homme politique. Né le 22 avril 1922 aux Gonaïves et porté disparu en 1961 à l'âge de 39 ans, il nous a laissé une œuvre littéraire et politique de première importance... Il a été constaté ces dernières années, tant en Haïti que sur la scène internationale, un regain d'intérêt autant pour sa personne que pour son œuvre », lit-on dans l'argumentaire de Legs et Littérature.

« Ce numéro de Legs et Littérature se propose de porter un (nouveau) regard sur la vie et l'œuvre de Jacques Stephen Alexis  dans toute sa portée militante, politique, philosophique et idéologique en comparaison au contexte historique qui l'a vue naître. Il invite à réfléchir sur le sens et la dimension de son engagement à la fois comme créateur, politique et médecin dans la lutte contre les inégalités, l'avènement d'une cité juste et équitable ». Pour la soumission des articles, il est demandé d'envoyer les textes jusqu'au 15 septembre 2021.

Disparu très jeune (39 ans), Jacques Stephen Alexis n'a pas eu le temps de produire une pléiade d'ouvrages, mais il a fait de cette terre l'héritière d'une œuvre remarquable. Qui n'a pas lu ou entendu parler de Compère Général Soleil ou encore L'espace d'un cillement, deux véritables chefs-d'œuvre de l'auteur de « Les arbres musiciens »? L'œuvre de Jacques Soleil fait l'objet de traduction et d'études sous forme de mémoires, de thèses de doctorat, d'essais et d'articles. 

Le premier roman de Jacques Stephen Alexis, intitulé Compère Général Soleil (1957), a été traduit en anglais par Carrol F. Coates en 2016 et en créole par Etienne Roc, en 2018. Son roman L'espace d'un cillement (1959, Éditions Gallimard) a reçu le prix Jean D'Ormesson, en 2018. Ce livre a été aussi choisi comme sujet de thèse par l'essayiste Valérie Armand sous le titre de « Renouveau du sensuel dans L'espace d'un cillement de Jacques Stephen Alexis ». Il faut aussi ajouter que son œuvre inachevée intitulée Romancero aux étoiles à été retrouvée et publiée sous le titre d'« Etoile absinthe ». 

En 2011, l'écrivain haïtien Lyonel Trouillot a publié un roman intitulé La belle amour humaine en écho à son texte du même titre publié en 1957. D'autres articles et réflexions consacrés à Jacques sont légion. Ils feront sans doute objet d'un autre papier.

Rappelons que le Bureau haïtien du droit d'auteur (BHDA) a tenu à  préciser que l'œuvre de Jacques Stephen Alexis ne tombera pas dans le domaine public cette année.



Réagir à cet article