Gessica Généus: de Barikad à Freda, le parcours inspirant d’une prometteuse

Le film « Freda » de Gessica Généus a marqué la 74e édition du Festival international du film de Cannes. Très ovationné lors de sa grande première, le premier long-métrage de l’actrice-réalisatrice haïtienne Gessica a reçu le vendredi 16 juillet la mention spéciale Découverte du prix François Chalais, rendant hommage à ce grand journaliste et chroniqueur. Freda n’est pas rentré de Cannes les mains vides, pour reprendre le constat de la journaliste Syndy Ducrépin de Ticket Magazine. Le succès du film à Cannes constitue une étape importante dans la carrière de l’artiste. Un petit coup d’œil sur le parcours de la prometteuse.

Publié le 2021-07-21 | lenouvelliste.com

L’actrice Gessica Généus

Le succès de Gessica Généus n’est pas tombé du ciel. La jeune femme a fait du chemin pour arriver à Cannes. Découverte dans le film culte Barikad, du cinéaste haïtien Richard Sénécal, sorti en 2002, et pour lequel elle a reçu le Ticket d’or de la meilleure actrice (2003), la native de Port-au-Prince s’est fait depuis une place au soleil. On va la retrouver tour à tour  dans d’autres films à succès, tels que  We love you Anne, Molock Tropical... En 2006, elle a remporté le prix de la meilleure actrice dans le film Cousine au Festival international du film de Brooklyn à New York.

La comédienne a aussi prêté  ses services hors de nos frontières. Dans le film à succès « Toussaint Louverture », réalisé par Philippe Niang, la scénariste a incarné « Vertueuse », une esclave muette. Si Gessi a tenu un rôle secondaire dans ce film portant sur la vie du héros Toussaint Louverture, interprété par l’acteur haïtien Jimmy Jean-Louis, elle a toutefois fait preuve de son talent d’actrice dans ce rôle muet. Grâce à ce film, celle qui confie ne pas connaitre l’existence du mot « échec » a décroché une place dans l’une des plus grandes agences en France.

Gessica, la réalisatrice

Gessica Généus a le goût de l’aventure. Outre son succès comme actrice, elle a opté pour la réalisation depuis quelques années, notamment après ses études en actorat, à Acting International, en France, après l’obtention d’une bourse d’études. Celle qui connaissait la gloire dès l’âge de 17 ans passera désormais derrière la caméra. En 2014, elle a débuté avec Vizaj Nou, une série de films- documentaires consacrés à de grandes figures du milieu et diffusée sur radio télévision Caraïbes. Dans la première série, elle a braqué sa caméra sur Anthony Pascal, dit Konpè Filo, Viviane Gauthier, Odette Roy Fombrun et Frankétienne.

Mis à part la série Vizaj Nou, en 2017, Gessica a réalisé son premier long-métrage documentaire intitulé « Douvan jou ka leve » (Le jour se lèvera). Produit par Ayisan Production  et SaNoSi, « ce film pose un regard sur une société en proie à une série de contradictions morales, culturelles et relgieuses qui semblent vouloir la handicaper ». Cette production cinématographique a été sélectionnée  au festival Etats généraux du film documentaire organisé tous les ans à Lussas, en France. On se le rappelle, la projection de ce film à l’Institut français en Haïti (IFH), dans le cadre du Festival Quatre chemins, en 2019, a drainé du monde.

Enfin vint Freda 

Après plus d'un demi-siècle, Gessica fait entrer un deuxieme film haïtien à Cannes. Freda. La réalisatrice séduit avec son film qui raconte l'histoire de trois femmes dans un quartier populaire de Port-au-prince. Dès sa sortie, ce long métrage retient l'attention. En lice dans la catégorie Un certain regard au prestigieux Festival international de Cannes 2021, le film a remporté la mention spéciale Découverte du prix François Chalais. Le succès de Freda est comme une bouffée d'oxygène que nous apporte l'artiste en cette periode troublante de la vie nationale. Ce sacre constitue aussi un pas important franchi par la jeune femme qui a tout simplement osé croire.



Réagir à cet article