Claude Joseph : Noticias Caracol brouille les pistes avec le support des comploteurs

Publié le 2021-07-16 | lenouvelliste.com

Le Premier ministre a.i Claude Joseph, au cœur d’une tempête médiatique après le reportage de Noticias Caracol alléguant qu’il est suspecté par les enquêteurs d’être un des auteurs intellectuels de l’assassinat du président Jovenel Moïse, a fait plus que démentir ce média colombien, plus que dénoncer une tentative « d’assassinat de caractère ».

Il tance. « Nous pensons que cela ne peut pas continuer comme ça, qu’un média, un bon matin, sûrement avec le support des comploteurs, brouille les pistes », a répondu le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse, en sa résidence officielle, vendredi 16 juillet 2021.

« Ce qui est important, c'est que la police haïtienne et la police colombienne ont rejeté en bloc ces accusations », a soutenu Claude Joseph, soulignant qu’il ne se laissera pas faire. « Je ne me laisserai pas déstabiliser parce que je suis la personne qui avait écrit et demandé la présence du FBI, pour avoir le support des Colombiens. Je ne me découragerai pas. Vous ne pouvez pas me déstabiliser », a indiqué le Premier ministre haïtien.  

« Le complot est vaste. Il y a beaucoup de comploteurs. Ne brouillez pas les pistes. Vous allez devoir m’assassiner ou l’enquête devra aboutir. L’enquête aboutira. Si vous voulez m’assassiner, allez-y, mais les petites attaques sur mon caractère ne marcheront pas parce que je suis assez fort », a lancé le Premier ministre Claude Joseph. 

« Je vous dis clairement que cela ne m’affecte pas. Je savais que ces choses pouvaient survenir parce que je suis trop intéressé à l’aboutissement de l’enquête. Il faut trouver les criminels », a insisté le Premier ministre a.i. 

« Depuis la mort du président le 7 juillet, j'agis de concert avec le Conseil des ministres, avec les secrétaires d’État. Jusqu’à aujourd’hui, nous avançons. Vous ne pourrez pas assassiner mon caractère. Vous pouvez m’assassiner mais nous avançons. L’enquête doit aboutir », a martelé Claude Joseph. 

Les funérailles nationales du président Jovenel Moïse seront chantées le 23 juillet, au Cap-Haïtien, dans le Nord d’Haïti, a annoncé le ministre de la Culture et de la Communication, Pradel Henriquez.



Réagir à cet article