Un rapport d’Oxfam place Haïti parmi les dix principaux foyers de faim dans le monde

Selon un rapport d'Oxfam publié le 9 juillet 2021, Haïti et le Venezuela sont les pays des Amériques  faisant partie des principaux foyers de faim dans le monde pour l’année 2020. Baptisé « Le virus de la faim se propage », le rapport met l’accent sur un cocktail explosif contenant les conflits, le coronavirus et le changement climatique qui exacerbe la faim dans ces pays.

Publié le 2021-07-21 | lenouvelliste.com

La tranche de la population haïtienne en proie à l’insécurité ne cesse de grimper ces dernières années. En 2019, il est fait état de 3,7 millions d’Haïtiens, soit 35% de la population, dans cette catégorie.  En 2020, les chiffres continuent de croitre, passant à 4,1 millions, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année antérieure. Des données qui placent le pays, suivant un rapport produit par l’organisation non gouvernementale Oxfam, parmi les dix principaux foyers de faim dans le monde à côté du Yémen, de la République démocratique du Congo (RDC), de l’Afghanistan, du Venezuela, de la région sahélienne d’Afrique de l’Ouest, d’Éthiopie, du Soudan du Sud, de la Syrie et du Soudan dont la grande majorité sont des pays en guerre.

Les crises sociopolitiques interminables que connaît le pays depuis ces dernières décennies sont souvent pointées du doigt pour expliquer la situation de misère et d’insécurité alimentaire d’une frange importante de la population. Pour les techniciens d’Oxfam, cette présente situation prend sa source également dans un cocktail explosif composé de changement climatique, de conflits et du coronavirus.

En 2021, tout indique qu’on n’est pas sur la voie de changer la donne.  Le dernier rapport de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA) indique que le panier alimentaire moyen a augmenté de 3% par rapport au mois de mars et accuse une augmentation de plus de 13% par rapport au mois de février 2021. En glissement annuel, le coût du panier alimentaire a augmenté de 2%. Une hausse qui, selon les techniciens, est tributaire de la dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain et la faible performance successive des campagnes agricoles.

Une augmentation importante  a été observée pour certains produits, aggravant davantage la situation alimentaire précaire de milliers de ménages du pays. Ce qui sous-tend une détérioration de la situation au cours de cette année. La CNSA parle de 4.4 millions d’Haïtiens en besoin d’une aide urgente, soit 300 000 de plus que l’année 2020.  

Les enfants sont particulièrement concernés par cette situation. Les experts du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) révèlent que 1,5 million d’enfants haïtiens  ont un besoin urgent d’aide d'urgence en raison de la montée de la violence, de l'accès limité à l'eau potable, à la santé et à la nutrition, aux services d'éducation et de protection perturbés en cette période de Covid et par les ouragans.

Dans une note rendue publique le 9 juillet dernier, l’organisation onusienne a expliqué que la violence et l'instabilité prolongées pourraient empêcher de reconstituer et de livrer les stocks d'articles essentiels pour les enfants, notamment des vaccins, des médicaments et des fournitures médicales, ainsi que les soins pour ceux qui souffrent de malnutrition.

Si l’UNICEF s’intéresse à une solution à court terme, Oxfam priorise des solutions définitives. L’organisation non gouvernementale  exhorte les gouvernements à s’attaquer aux principaux facteurs de la faim et éradiquer les inégalités sous-jacentes qui creusent le fossé entre les riches et les pauvres. Il s’agit, précise le rapport, notamment d’aider l’agriculture familiale à se relever et de construire des systèmes alimentaires plus justes et plus durables.



Réagir à cet article