La police émet des avis de recherche contre un ex-sénateur, un homme d’affaires et un ex-fonctionnaire de l’État

Publié le 2021-07-13 | lenouvelliste.com

La Police nationale d’Haïti a émis des avis de recherche à l’encontre de Joseph Félix Badio, de John Joël Joseph et de Rodolphe Jaar (Dodof). Les « infractions reprochées » à ces individus sont « assassinat, tentative d’assassinat, vol à main armée », selon les indications de l’avis de recherche de la PNH.

Les personnes susmentionnées sont considérées comme des individus « dangereux et armés » par la police qui n’a pas précisé si ces avis de recherche sont émis dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, chez lui, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021.

Les personnes recherchées ne sont pas des inconnues. John Joël Joseph est un ancien sénateur de l’Ouest élu sous la bannière de la plateforme Inite. René Préval avait été élu une seconde fois à la présidence d’Haïti sous cette même bannière. L’ex-sénateur, l’un des virulents opposants au pouvoir Tèt Kale, était apparu sur la scène politique après 2004. Il était réputé proche de Dread Wilmé, un puissant chef de gang de Cité Soleil tué par la police mi-2004.

Joseph Félix Badio est un ingénieur. Il a récemment travaillé pour l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) comme coordonnateur des opérations de terrain du service de renseignements généraux et des doléances avant son licenciement le 17 mai 2021 pour manquement graves aux règles déontologiques, a indiqué l'ULCC dans un communiqué qui révèle qu'une  plainte au commissaire du gouvernement de Port-au-Prince avait été déposée contre M Badio le 20 mai dernier. Sur son compte Linkedin, Badio indique qu’il travaille pour l’Inspection générale de la PNH (IGPNH).

L'homme d'affaires haïtien Rodolphe Jaar avait «plaidé non coupable» face aux accusations de « trafic de drogue» portées contre lui devant un tribunal à Miami, en avril 2013, selon une dépêche de l'agence Reuters.

Dans l'acte d'accusation, le procureur fédéral en charge du dossier avait accusé Jaar, connu aussi sous le nom de «Whiskey», de conspiration avec d'autres personnes afin de distribuer 5 kilos ou plus de cocaïne aux Etats-Unis.

Richard Dansoh, l'avocat de Rodolphe Jaar, avait indiqué que son client avait rejeté ces accusations. Les autorités judiciaires américaines avaient mis Jaar aux arrêts après son extradition de la République dominicaine aux États-Unis, avait confié Mia Ro, un porte-parole de la Drug Enforcement Administration (DEA).

Rodolphe Jaar avait été arrêté dans un hôtel de luxe de Santo Domingo par la DNCD. Jaar, qui vit à Port-au-Prince, s'occupe de plusieurs entreprises et d'une association agricole ayant participé à un projet du ministère haïtien de l'Agriculture financé par l'USAID.

Roberson Alphonse



Réagir à cet article