Jovenel Moïse laisse un bilan mitigé sur le plan infrastructurel

Lors de sa campagne électorale de 2015 et de 2016, Jovenel Moïse a fait du secteur agricole l’une de ses principales priorités. Il avait promis de moderniser ce secteur afin d’assurer son développement. Devenu président de la République, si diverses initiatives ont été prises et des actions visibles posées, celles-là n’empêchent pas que l’on retient, de son passage à la tête de l’État, des attentes non comblées surtout en ce qui a trait à la production nationale et la mise en place des infrastructures importantes visant le développement du pays.  

Publié le 2021-07-12 | lenouvelliste.com


Jovenel Moïse, le président de la République, a été assassiné et laisse une copie inachevée de ses réalisations. En termes d’infrastructures agricoles, routières et énergétiques, l’on ne retient pas de très grandes réalisations. Mais les prises de position du président laissent croire qu’il avait la volonté de changer quelque chose, de laisser une Haïti meilleure. Selon qu’on se situe dans une région ou dans une autre, il y a lieu d’arriver à des conclusions différentes. À l’arrivée, le bilan du chef de l’État parait plutôt mitigé.

Sur le plan agricole, Jovenel Moïse, dans sa volonté de garantir la sécurité alimentaire de la population, a mis l’accent sur quatre grands chantiers: l’amélioration de la desserte en eau, le développement de la mécanisation agricole, l’appui à la productivité des cultures et des sols le développement de la pêche et de l’aquaculture.

En ce qui concerne l’agriculture, les principales actions du président visaient à rendre l’eau disponible dans les grandes zones de production. Le premier programme orchestré par son administration, la Caravane du changement, a mis l’accent sur ce facteur limitant le développement du secteur. Au cours de son mandat rompu prématurément, l’on retient un actif visible.

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, à travers ses différents programmes et projets, a distribué plusieurs centaines de motopompes pour l’agriculture familiale dans plusieurs départements géographiques du pays. L’on retient également la mise en place et la réparation d’une cinquantaine de systèmes de pompage solaires dans le département de l’Artibonite, du Nord-Est, du Nord-Ouest et du Sud.

Dans le cadre de la Caravane du changement, environ deux cents kilomètres de canaux et de drains ont été curés dans le département de l’Artibonite. Aussi prend-on en compte la construction d’un mini-barrage hydroélectrique sur la rivière Marion, le processus de remise en état du système d’irrigation de La Tannerie, À Grand-Pré, dans la Grande-Rivière du Nord, la réhabilitation et la construction de plusieurs infrastructures d’irrigation.

Selon les données fournies par le ministère de l’Agriculture, d’importantes initiatives ont été prises dans l’optique de moderniser la production. L’on parle, entre autres, de la distribution de plusieurs centaines de tracteurs agricoles et de motoculteurs. Entre mai 2017 et décembre 2020, l’on fait état de la distribution de 209 tracteurs, dont 160 dans le cadre de la Caravane du changement. Dans l’optique de renforcer la production de riz dans le Nord et le Nord-Est, 45 autres tracteurs performants ont été distribués et mis à la disposition des riziculteurs.

Sur le plan infrastructurel, trois centres semenciers sont construits dans les trois grandes zones rizicoles du pays. Ces derniers devaient contribuer à produire 20 000 tonnes de semences au cours de trois ans..

À côté des infrastructures agricoles, les infrastructures routières revêtaient une importance capitale pour le président. Ses premières initiatives, à ce niveau,  étaient de revoir à la baisse le coût du kilomètre d’une route. Pour y parvenir, trois usines d’asphalte ont été construites dans le Sud, l’Artibonite et la Grand’Anse. Aussi jugeait-il nécessaire de doter les directions de départementales du ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC) d’une flotte d’équipements neufs.

Cette initiative, doublée d’accompagnements des partenaires financiers, a permis  la construction en cours de 1 600 kilomètres de routes de toutes catégories dans les dix départements géographiques du pays (certaines routes inachevées). L’on dénombre les tronçons de Cap-Labadie, de Hinche - St Raphaël, de la route Carrefour Méridien-Ducis, d’une partie de la route Cayes- Jérémie, le début de construction de la route Carrefour Joffre Anse-à-Foleur.  

Dans ces deux secteurs, le président part avec le sentiment d’un devoir inachevé. Comme bien d’autres promesses, son vœu d’inaugurer le tronçon de route Gonaïves-Port-de-Paix, le 8 décembre 2021, ne se matérialisera pas.



Réagir à cet article