Reprise des activités économiques, le climat est-il propice ?

Publié le 2021-07-12 | lenouvelliste.com

Quelques heures seulement après l’assassinat du président Jovenel Moïse, le Premier ministre par intérim, Claude Joseph donne l’impression d’être prêt à prendre le leadership de la nation. Les promesses de justice ainsi que les premières décisions ne tardent pas à venir : deuil national et état de siège durant 15 jours. Chacune des décisions prises entraine des implications. Le gouvernement a- t-il réfléchi suffisamment sur la décision concernant l’état de siège ? Cette décision ne fait qu’exacerber la peur qui s’installe chez les gens.

Dans un point de presse le jeudi 8 juillet, le Premier ministre a.i Claude Joseph a appelé la population à vaquer à ses occupations en les garantissant que la police et l’armée seront déployées pour assurer leur sécurité. En fait, il veut que les activités économiques soient vite reprises dans le pays. Le climat des affaires s'est-il amélioré depuis que le Premier ministre par intérim devient le seul maitre à bord ? Il y a deux semaines, des hommes d’affaires assistaient impuissant au pillage et à l’incendie de leur business dans l’indifférence des autorités policières et gouvernementales. Quelles sont les dispositions prises pour éviter que cela se répète ? Le gouvernement est-il en mesure de sécuriser les entreprises, les travailleurs, les commerçants, les consommateurs ?  

Ce matin vendredi 9 juillet, la présence policière n’a pas été constatée dans plusieurs zones de la capitale. La situation à Martissant n’a pas changé. La guerre cruelle entre les gangs armés ne cesse de dévaster ce quartier. Toutes les maisons comprises dans le bloc Martissant 3 à Martissant 23 sont totalement saccagées par des assaillants. La police, l’armée et le gouvernement ne font toujours  rien pour reprendre le contrôle et facilitent le retour de nombreuses familles qui ont fui leurs maisons. La reprise des activités économiques ne concerne pas ce quartier. Les personnes qui doivent traverser le quartier de Martissant pour aller vaquer à leurs occupations éprouvent toutes toutes les angoisses du monde. Combien de morts et de blessés doit on compter avant que les autorités puissent pacifier les zones contrôlées par les bandits armés?   

Depuis quelques temps, les activités économiques étaient au ralenti dans le pays à cause du problème de l’insécurité : kidnapping, affrontements entre les gangs, pillages, etc. L’assassinat du président Jovenel Moïse n’a fait que provoquer l’arrêt complet des activités économiques. La reprise des activités économiques annoncée par le premier ministre a.i se fera dans un climat de troubles et de grande frayeur dans certains quartiers. Les associations patronales et les organisations syndicales tardent à faire entendre leur voix dans une période aussi troublée. Pourquoi un silence aussi pesant? 



Réagir à cet article