Assassinat de Jovenel Moïse: la PNH annonce enquêtes administrative et judiciaire

Publié le 2021-07-09 | lenouvelliste.com

La traque des « assaillants » se poursuit dans la région métropolitaine, plus de 24 heures après l’assassinat du président Jovenel Moïse en sa résidence privée. Ce jeudi, des membres de la population ont pourchassé, interpellé et remis à la police des étrangers, apparemment des Latinos, accusés d’avoir participé à l’assassinat du chef de l'Etat. Les prévenus ont été attachés, le visage et le corps ensanglantés. La police a dû disperser une foule massée devant le commissariat de police de Pétion-Ville, qui insistait pour lyncher les prévenus. Au moins trois véhicules, présentés comme les moyens de transport des assaillants, ont été incendiés par la foule en colère. 

Au cours d’un point de presse donné quelques heures plus tard, le directeur général a.i. de la Police nationale d'Haïti et le Premier ministre a.i. Claude Joseph ont lancé un appel au calme. « Le gouvernement et la Police nationale d'Haïti sont mobilisés pour rendre justice au président Moïse. Des assaillants ont été interpellés alors que d’autres sont tombés lors d' échanges de tirs avec les forces de l’ordre. La population est aussi mobilisée pour aider la police à traquer ceux qui se sont évaporés dans la nature. Cependant, je veux qu’elle fasse preuve de vigilance. On est d’accord pour que la population les identifie, les conduise à la police ou aide la police à les interpeller. La population ne doit pas se faire justice elle-même. Si les prévenus sont tués, on ne saura pas ce qui s’est exactement passé. Je demande aux gens de rentrer chez eux car la police a le contrôle de la situation », a déclaré Claude Joseph.

De son côté, Léon Charles a demandé à la population de permettre à la police de bien mener son enquête. « Malheureusement, ce matin, on a incendié trois véhicules qui appartenaient aux assaillants. Nous en avons récupéré cinq. J’appelle la population au calme. Nous avons besoin des corps du délit, des armes saisies et des équipements personnels pour bien mener notre enquête. Nous avons déjà les auteurs physiques, il nous faut maintenant identifier les auteurs intellectuels. Nous avons pour obligation de protéger les personnes interpellées», a exhorté le chef de la police. 

Par ailleurs, le chef de la police a indiqué que l'institution qu'il dirige a déjà diligenté des enquêtes administrative et  judiciaire. « Nous devons savoir qui a assassiné le président. L’Inspection générale va auditionner les policiers qui étaient sur les lieux. La DCPJ se chargera de l’enquête judiciaire. Nous avons interpellé six assaillants, dont certains sont blessés. Nous avons récupéré trois cadavres. Nous avons en main les auteurs. Nous sommes à présent à la recherche des auteurs intellectuels. Grâce à la collaboration de la population, nous avons récupéré des armes et des cadavres », a-t-il détaillé.



Réagir à cet article