Le président de la Cour de cassation est mort et la justice va au plus mal

Publié le 2021-06-23 | lenouvelliste.com

Maître René Sylvestre, président de la Cour de cassation et président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), est mort, a-t-on appris le mercredi 23 juin 2021.

Avec la disparition du haut magistrat c’est une nouvelle institution haïtienne qui met un pied de plus dans la tourmente et un secteur déjà mal en point, la justice, qui se retrouve plus faible.

Le règne du juge Sylvestre n’a pas été long ni de tout repos. Nommé président de la Cour de cassation en février 2019 en remplacement du juge Jules Cantave, à l’époque, c’est un juriste contesté pour des raisons politiques qui remplace un autre lui aussi contesté pour les mêmes raisons.

Cette contestation pour motif politique marquera tout le règne de deux années et quelques mois de Me Sylvestre.

Pendant sa mandature, la justice sera plus souvent en grève qu’en siège, à tous les niveaux et dans tous les tribunaux de la République. Les justiciables seront les grands oubliés de la République et la dame aux yeux bandés, une grande absente.

Pour compliquer la situation, des membres de la haute magistrature se retrouveront dans des situations compliquées. Un juge sera arrêté en pyjama sous l’accusation de fomenter un coup d’État. D’autres juges de la Cour de cassation, plus haute instance du pays, seront mis à la retraite illégalement. Me Sylvestre se gardera de prendre position pour un camp ou l’autre.

Sa mort survient alors que la Cour de cassation est fragilisée et le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire dysfonctionnel. Les dernières élections au CSPJ n’ont toujours pas permis une composition complète du Conseil.

Avec la disparition de Me Sylvestre, un pouvoir de plus, prévu par la Constitution en vigueur, se retrouve non seulement orphelin, mais aussi dans l’impossibilité de voir sa situation se régulariser. En l'absence de Parlement, le pouvoir exécutif ne peut user que d’un coup de force pour combler tout seul les postes vacants du pouvoir judiciaire. Cela serait non seulement une outrance, mais exposerait la présidence à commettre une forfaiture de plus. Sans garantie de résultat.

Me René Sylvestre est décédé après un contrôle positif à la Covid-19 et une courte hospitalisation. Condoléances à sa famille et à ses collègues.

Il laisse la justice orpheline de sa présence et le pays dans un imbroglio supplémentaire.

Un autre pouvoir constitutionnel est affaibli sans perspective claire de rétablissement.



Réagir à cet article