Contribution taïwanaise pour la poursuite des activités du projet REPONSE

Lors d’une cérémonie tenue dans le jardin du ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), le vendredi 18 juin 2021, à Damien, l’ambassadeur taiwanaïs en Haïti, Wen-Jiann Ku, a remis un chèque totalisant 2 413 000 dollars américains au ministre de l’Agriculture, Patrix Sévère, pour le financement des activités envisagées dans le cadre du projet Renforcement de la production nationale des semences de riz (REPONSE) dans le pays. En remettant ce chèque aux coordonnateurs des trois sous-projets, le ministre a exhorté les techniciens à une plus grande collaboration avec les coopérants taiwanais en vue de valoriser les fermes d’expérimentation du pays.

Publié le 2021-06-22 | lenouvelliste.com

Malgré les difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre, notamment dans la vallée de l’Artibonite, la plus grande zone de production de riz du pays, le projet Renforcement de la production nationale de semences de riz poursuit son chemin. Ce vendredi, la contribution taïwanaise pour la tenue des activités contenues dans la troisième année du projet a été remise aux coordonnateurs des trois sous-projets de l’Artibonite, du Sud et de la région du Nord.

 Ce projet vise à terme, selon le ministre de l’Agriculture, Patrix Sévère, à produire 20 000 tonnes métriques de semences de riz de qualité, soit 12 000 dans l’Artibonite, 5 000 dans les régions du Nord et du Nord-Est et 3 000 dans le Sud afin d’accroitre la production rizicole et réduire la dépendance du pays liée à cette denrée. À ce niveau, explique le point focal du projet, Vilaire Guerrier, des avancées énormes ont été observées.

Selon le technicien, des 20 000 tonnes de semences prévues, le projet a déjà contribué à la production de 12 000. Profitant de cette activité pour présenter un état des lieux du projet dans les trois grandes zones d’implantation, M. Guerrier a affirmé que le projet compte 3 000 producteurs de semences de base et de qualité produisant sur une superficie avoisinant 2 600 hectares. Aussi parle-t-il de la construction de plusieurs centres multiservices, qui sont des structures de proximité en appui aux riziculteurs.

Dans cette même lignée, le point focal dénote la contribution de ce projet dans la construction de vingt minicentres de conditionnement de semences dans la vallée de l’Artibonite.  Le projet implique également, selon Vilaire Guerrier, une centaine d’associations de producteurs et d’irrigants. Dans le Nord-Est, huit entreprises privées de production et de transformation de riz sont impliquées dans la mise en œuvre du projet.

Ainsi, dans l’optique de pérenniser ces acquis, le ministre a exhorté les techniciens haïtiens à une meilleure collaboration avec les coopérants taïwanais en vue de valoriser les fermes d’expérimentation du pays comme celles de Mauger dans l’Artibonite et de Lévy à Camp-Perrin centrées sur la recherche de nouvelles variétés et la génération des anciennes variétés comme Madan Gougousse et la Crète-à-Pierrot.

Le ministre en a profité pour remercier le gouvernement taïwanais pour cette précieuse contribution à la filière rizicole. Cet acte a-t-il soutenu, témoigne de la solidarité et de l’amitié qui unissent les deux peuples. Il croit que cette contribution impactera significativement la production de riz pour les campagnes à venir et aura une incidence positive sur la sécurité alimentaire dans cette période marquée par la pandémie de coronavirus.   



Réagir à cet article