Que se passe-t-il entre Haïti et la République dominicaine ?

Publié le 2021-06-16 | lenouvelliste.com

Depuis le début du mois de mai 2021, pas une semaine ne se passe sans une déclaration dans la presse dominicaine sur Haïti en référence à un canal en construction du côté haïtien ou sur la répartition du territoire entre les deux pays qui se partagent l'île.

Du côté haïtien, c'est plutôt le silence qui répond aux demandes dominicaines.

Dans une déclaration faite récemment, le président de la République dominicaine Luis Abinader a déclaré que sous la présidence de Rafael Trujillio, le dictateur dominicain a  cédé des milliers de kilomètres carrés à Haïti.

Un peu plus tard, à plusieurs reprises, le président Abinader et d’autres officiels ont demandé la cessation des travaux de construction d'un canal d'irrigation du côté haïtien sur la rivière Massacre.

A suivre l'actualité, rien ne va sur la frontière. Il y a l'affaire du canal dans laquelle chaque partie croit avoir raison. Une affaire d'eau qui peut causer des dégâts considérables entre les deux pays, les deux peuples. Il y a aussi les marchandises qui ne passent que dans le sens des intérêts dominicains et de leurs revendeurs haïtiens.

En dix ans, les échanges sont devenus plus inégaux, plus déficitaires pour Haïti, passant de quelques millions de dollars à plus d'un milliard de dollars sans que les taxes et droits de douane suivent.

Si les marchandises rentrent en Haïti, si toutes les tentatives américaines pour améliorer les questions douanières n'ont pas donné de résultats à la satisfaction d’Haïti, la communauté internationale fait tout pour que les Haïtiens ne traversent pas la frontière. Pour qu'ils soient rapatriés. Elle assiste même sans rien dire à la nouvelle politique qui restreint la délivrance de visas.

Tout Haïtien a un avenir d'illégal en république voisine pendant que les produits et services en provenance de chez nos voisins grapillent des points de pourcentage dans la balance commerciale. Sans contrepartie.

L'histoire du canal, les revendications territoriales, les poussées nationalistes qui acculent chaque gouvernement dominicain à être plus strict lors des conversations avec Haïti, rien n'est de bon augure pour les relations entre les deux pays et les deux peuples.

Malheureusement, la question haïtienne a pris une place de plus en plus défavorable à Haïti pendant les dix dernières années alors que les élites politiques et économiques haïtiennes n'ont jamais autant investi à l'Est.

Empêtrée dans ses problèmes internes, l'administration Moïse-Joseph ne gère pas attentivement nos affaires dominicaines. On ne peut plus compter les responsables, les uns plus faibles que les autres, qui ont eu la charge de notre mission diplomatique en terre voisine ces dix dernières années.



Réagir à cet article