Décès du professeur Thony Cantave, figure du mouvement démocratique haïtien

Jusqu’à son décès, le samedi 12 juin dernier, le professeur Thony Cantave, programmé pour cette session, était attendu pour son cours intitulé « Histoire économique et sociale d’Haïti » à la Faculté des sciences humaines où il pouvait mettre au compteur plus d’une vingtaine d’années d’expériences. Son départ inattendu aura laissé un grand vide au sein de cette entité de l’Université d’Etat d’Haïti (EUH), où il nouait de profondes relations, notamment avec les étudiants et ses collègues professeurs.

Publié le 2021-06-16 | lenouvelliste.com

« C’était un professionnel de grand calibre. Un homme de formation et de multiples expériences. Nous avions eu de très bons rapports entre professeurs. C’est vraiment une grande perte pour la Faculté des sciences humaines (FASCH), l’université où il formait de nombreuses générations d’étudiants », a témoigné le coordinateur de la FASCH, Josué Vaval. 

« Il a combattu pour la décentralisation dans la Constitution de 1987. Mais on n'a jamais pu appliquer la décentralisation telle que prévu par la constitution. Son départ sera considéré comme un grand vide pour la FASCH et l'UEH, non seulement pour son cours, mais aussi pour ses recherches dans le domaine. Il n'y a pas beaucoup de personnalités à s'être consacrées à fond dans les réflexions sur cette problématique », s'est souvenu le professeur Roosevelt Millard, qui parle d'un homme « plein d’énergie qui vient de nous quitter. On peut dire qu’il a une réputation de personnalité intègre, honnête », a ajouté le professeur. 

« On a collaboré au niveau de la revue Rencontre de Cresfed. C’est un chercheur et un homme de terrain qui a sillonné tout le pays et discuté avec les leaders communautaires », souligne le professeur Millard.

La note du Centre de recherches économiques et sociales et de formation pour le développement (Cresfed) a souligné la contribution de ce professeur dans la promotion de la décentralisation et du développement local en Haïti. Pour ledit centre, le départ de Thony Cantave constitue un coup dur pour l’université, la revue Rencontre, Cresfed et pour la société en général.

Dans le milieu universitaire haïtien, on le présente comme un véritable spécialiste de la décentralisation et de l’aménagement du territoire. Ses travaux de recherche sur le sujet lui confèrent une certaine notoriété, lui ayant valu un grand respect de ses pairs. Une note du Rectorat de l’Université d’État d’Haïti (UEH) présente le professeur défunt comme l’une des figures  emblématiques du mouvement démocratique haïtien. 

La plus grande institution universitaire du pays présente le professeur Cantave comme un homme « droit, généreux, ayant de profondes convictions et des principes. Une référence sûre et défenseur du projet constitutionnel de décentralisation dans le pays», lequel représentait, à ses yeux, « le principal garant de l’émergence du nouvel Etat haïtien », d'après la note signée par le recteur Fritz Deshommes. 

« Tony Cantave était un ardent défenseur de la Constitution de 1987 qu’il considérait comme l’expression d’un véritable projet de société visant à mettre l’Etat au service de la nation et à construire une société haïtienne juste, prospère, inclusive et souveraine », selon le recteur de l’Université d’Etat d’Haïti, saluant la mémoire de cette personnalité considérée comme un « fervent défenseur du Projet national haïtien, doublé de cet éminent professeur qui a su transmettre à plusieurs générations d’étudiants sa flamme citoyenne et sa  foi  vivante en la régénération de  la patrie commune », dit le recteur. 



Réagir à cet article