Paulette Camille, 74 ans couronnée « Mère haïtienne de l’année »

La littérature haïtienne se met au service des personnes victimes de la guerre des gangs dans le quartier populaire de Bel-Air. C'est ainsi que le Fonds d’assistance aux femmes victimes de Viol (FAAFVV), une association de femmes, d’Haïti et de la diaspora, en collaboration avec le Kolektif Fanm Lakay (KOFLA) qui évolue dans le quartier de Bel- Air a désigné Paulette Camille, une femme de 74 ans. « Mère haïtienne de l’année », pour sa participation dans sa communauté, sa bravoure et sa force de caractère.

Publié le 2021-06-17 | lenouvelliste.com

Le Fonds d’assistance aux femmes victimes de viol (FAAFVV) a lancé sa première édition de « Mère haïtienne de l’année », une initiative qui vise à récompenser une femme ayant une grande influence sur sa  communauté.  Cette année,  le choix de l’organisation, guidée par Guerline Bénédicte, membre du « Kolektif fanm lakay » (KOFLA), a été porté sur Paulette Camille, une femme de 74 ans qui habitait au Bel-Air avant d’avoir été chassée par des bandits de la zone. La cérémonie d’intronisation s’est déroulée, le 30 mai, chez les sœurs de Christ-Roi.  Avec une voix pleine d’émotion et de charisme, cette femme qualifiée de « fanm vanyan » a délivré son discours de circonstance en mettant l’accent sur la situation de terreur que vivent les habitants du Bel-Air qui sont abandonnés à leur sort.  « Mwen pa janm panse yon jou mwen ta gen yon kouwòn sou tèt mwen pòv malèrez mwen ye ». Je n’aurais jamais pensé recevoir un jour une couronne, pauvre femme que je suis », a déclaré Paulette.

Paulette a des rides qui reflètent la marque du temps sur sa peau. Une femme vaillante sur qui  le temps n’aura pas raison. Originaire des Gonaïves, elle a grandi au Bel-Air et n’a jamais cessé un jour de sa vie de défendre l’intérêt de cette communauté tant au niveau social et qu'au niveau politique.  Après avoir collectionné de petites activités pour survivre durant toute sa vie,  Paulette vend actuellement des « surettes ».

 Victime de la guerre des gangs dans ce quartier populaire, Paulette a vécu une période dans la rue, sa maison a été incendiée par des bandits. Actuellement, le Fonds d’assistance aux femmes victimes entreprend des démarches pour construire une maison à Paulette « 12 auteurs ont embrassé cette noble cause en faisant don de leurs ouvrages, au nombre de deux cents. Il s’agit de Frankétienne, Gary Victor, Ralph Allen, Sam Taillefer, Toussaint Hilaire, Gary Daniel, Rodolphe Mathurin, Magaly Pélissier, Raquel Pélissier, Muriel Vieux, Mireille B. Hérisson, Marie Marthe Franck Paul et le regroupement des poètes haïtiens engagés. La « vente de livres en ligne » au profit du collectif du Bel-Air est cette activité maitresse qui permettra à l’association d’offrir une prime substantielle à la mère de l’année, en plus des cadeaux du FAAFVV », a rapporté Magaly Pélissier, membre du  (FAAFVV).



Réagir à cet article