Port-au-Prince, des gangs font la loi

Publié le 2021-06-14 | lenouvelliste.com

La région métropolitaine est sous tension depuis le week-end écoulé. Des gangs s’affrontent, font pleuvoir des balles et défilent à visière levée au centre-ville, au bas de la commune de Delmas et à Cité Soleil. Tôt ce lundi, des bandits armés ont attaqué les locaux du concessionnaire automobile Behrmann Motors. Ils ont investi le showroom de l’entreprise provoquant la frayeur chez des employés et des clients. Des tirs sporadiques ont été entendus. Cette situation a provoqué une panique généralisée dans la zone. Cette même route  que le directeur général avait, début janvier, considérée comme internationale, en interdisant en conséquence aux organisateurs de manifestations de l’inclure dans leur itinéraire. 

Un client qui se trouvait dans le garage de l’entreprise a décrit pour le journal la frayeur qui s’est installée. « Une situation de tension est survenue tôt dans la matinée. Les responsables, par mesure de précaution, avaient baissé les rideaux métalliques, attendant que tout revienne au calme. Les bandits ont forcé l’un des rideaux métalliques du showroom. Ils ont tiré sur le bâtiment. Il y avait une énorme panique. Les responsables ont demandé aux employés et clients de se rassembler dans le garage, en attendant l’intervention de la police. Cette situation a duré plus d’une heure », a-t-il raconté.

Plusieurs unités de la police nationale, notamment le SWAT, sont intervenues pour chasser les bandits armés et instaurer le calme dans les parages. Des véhicules de police et un blindé ont été remarqués en train de sillonner l’artère. La situation était relativement calme sur la route de l’aéroport en fin de journée. 

La police nationale a publié une note sur les réseaux sociaux concernant son intervention. « Des unités spécialisées de la Police nationale d’Haïti et des agents de la police administrative sont déployés depuis ce matin sur la route de l’aéroport en vue de renforcer la sécurité suite à l’intrusion d’un groupe de bandits dans le showroom d'un des concessionnaires, où des détonations d’armes automatiques ont été entendues. Des clients et des employés des maisons de commerce de la place, pris au piège par des tirs des bandits, ont été évacués grâce à l’intervention des forces de l’ordre. La police nationale a repris le contrôle de la situation; la circulation reprend progressivement sur le boulevard Toussaint Louverture. La police nationale réitère sa détermination à travailler en étroite collaboration avec la population en vue de faire échec aux tentatives de ces gangs armés voulant à tout prix instaurer un climat de terreur dans le pays », peut-on lire dans des tweets publiés par la PNH en début d’après-midi. 

La population vivant au bas Delmas a vécu une troisième journée consécutive de tension ce lundi. En effet, depuis samedi, des hommes armés érigent des barricades et y circulent avec des armes de guerre. Des tirs sont entendus à longueur de journée. Les riverains se terrent chez eux. Toutes les entreprises ont dû fermer leurs portes. Les transports en commun ont été également paralysés. 

Dimanche, la PNH a affirmé avoir repris le contrôle du sous-commissariat de St-Joseph qui était occupé par des bandits depuis plus d’une semaine. Au cours d’un point de presse, le directeur général de la PNH a expliqué que l'institution qu'il dirige a pris des dispositions pour reprendre le contrôle des sous-commissariats et des antennes pris d’assaut par des bandits armés. « Dimanche matin, nous avons monté une opération pour reprendre le contrôle du sous-commissariat de Portail St-Joseph. Plusieurs unités spécialisées de la PNH étaient mobilisées. Après quelques minutes, nous avons repris le contrôle du bâtiment. Des bandits ont osé attaquer les différentes unités qui se trouvaient dans le sous-commissariat. Nous les avons repoussés. Certains bandits ont mortellement été blessés lors de ces échanges », a fait savoir Léon Charles. 

Il faut rappeler que les bandits, en prenant d’assaut le sous-commissariat de Portail Saint Joseph, avaient tué trois policiers et blessé un autre. Léon Charles avait qualifié de criminelle l’action des bandits. « C’était d’une cruauté inexplicable », avait-il soutenu. Léon Charles annonce que la police va poursuivre ces opérations afin de reconquérir les sous-commissariats et antennes de Cité Soleil et de La Saline. « Ce qui nous permettra de protéger la population et d'envoyer un signal aux malfrats qui pensent qu’ils peuvent prendre des policiers pour cible. »

Le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) a fait part de ses préoccupations concernant la dégradation de la situation sécuritaire. « @UNHaiti est profondément préoccupée par la recrudescence de la violence des gangs sur les populations civiles et leurs biens et lance un appel au calme. Nous exhortons toutes les parties prenantes à cesser les violences et à permettre l'accès à l’aide humanitaire aux populations dans le besoin », peut-on lire sur le compte Twitter du BINUH.



Réagir à cet article