Covid-19 : Jacques Antoine « Gwo lobo », Patrick Pompilus, Jacques Joachim, Louis Délima Chéry nous ont quittés

Publié le 2021-06-04 | lenouvelliste.com

Les décès dus au coronavirus continuent de s’accumuler en Haïti. Selon les chiffres officiels publiés par le ministère de la Santé publique, 14 personnes sont décédées au cours de la période allant du 24 au 31 mai. Le MSPP n’a pas encore communiqué les chiffres de la période comprise entre le 1er et le 4 juin. En tout, de mars 2020 au 28 mai 2021, 321 personnes sont mortes du coronavirus en Haïti, selon les statistiques officielles. L’organisme de la santé ne dévoile pas les noms des personnes décédées dans ses bulletins. Cependant, les proches de certains patients décédés, leurs parents ou leurs collaborateurs, partagent la nouvelle de leur décès avec plus d'un. 

Parmi les personnes décédées cette semaine, on compte des figures du monde éducatif, sportif et culturel. Le directeur du Centre d’Études Secondaires, Patrick Pompilus, est décédé le lundi 31 mai dernier. Ses collègues rapportent qu’il avait été testé positif au coronavirus. Il était diabétique. Le même lundi, Jacques Joachim, fondateur de la Fédération haïtienne de volley-ball, ancien ministre des Travaux publics, est décédé. L’ancien colonel, âgé de 92 ans, considéré comme le père du volley-ball en Haïti, avait contracté le coronavirus. 

Ce jeudi, le journal a appris le décès de Louis Délima Chéry, inspecteur général au ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. Il était également professeur à l’Université. Des informations rapportent que le professeur, testé positif au coronavirus, n’avait pas pu traverser Martissant à cause des affrontements armés entre gangs, mercredi 2 juin, pour se rendre à l’hôpital alors qu’il avait développé une forme grave du virus. 

L’ancien ministre de l’Éducation nationale Nesmy Manigat, qui était un collaborateur de la victime, lui a rendu hommage, déplorant dans la foulée les conditions de son décès. « Après Farah-Martine, tu es le second de la petite équipe à partir dans des conditions révoltantes, sans avoir pu arriver à l'hôpital, victime de l'effondrement grandissant de l'ordre public. Une double peine pour tes proches qui ne sauront jamais si ceci aurait pu être évité. Ta famille, Dondon et la communauté éducative voient subitement partir un infatigable enseignant qui pouvait et voulait servir encore. Pars avec le sentiment d'une mission bien remplie, et les multiples vocations que tu as suscitées, inspirées garderont la flamme de l'école allumée », a écrit l’ancien ministre sur Facebook. 
 

Dans un communiqué publié par son bureau de communication, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a salué le départ de l’inspecteur général Louis Délima Chéry. « Educateur émérite, le professeur Chéry, qui a formé plusieurs générations d’élèves et d’étudiants, a occupé différentes fonctions au MENFP. Il a été notamment professeur à l’Ecole normale de Martissant et au Centre de formation pour l’enseignement fondamental (CFEF), inspecteur, directeur général de l’Institut national de formation professionnelle (INFP), directeur et membre de cabinet de plusieurs ministres de l’Éducation, avant d’occuper le poste d’inspecteur général de l’Éducation, dès la création de cette entité. Ses dernières contributions à la réforme du secteur de l'éducation ont rapport à la promotion automatique au niveau du premier cycle du fondamental, la structuration du sous-système de l'éducation non formelle et la nouvelle proposition du cadre légal du MENFP. Il s’agit d’une grande perte pour le monde de l’éducation, particulièrement pour le MENFP », peut-on lire dans le communiqué du MENFP.

Le DJ bien connu Jacques Antoine, alias Gwo Lobo,est décédé le 1er juin dernier. Il avait été testé positif au coronavirus. Gwo Lobo a été un supporteur de l’ancien président Jean Bertrand Aristide jusqu’à sa mort. Il était toujours remarqué dans les manifestations de Fanmi Lavalas notamment. Il y assurait l'animation sur les sound-truck des chars d'animation. 

Par ailleurs, le ministère de la Culture et de la Communication a dit vouloir limiter la fréquence des activités susceptibles d’attirer la grande foule et d'augmenter le nombre de contaminations. Ledit ministère a interdit les événements culturels et artistiques ou de loisirs. « Sur toute l'étendue du territoire national, le ministère de la Culture et de la Communication (MCC) interdit formellement toutes les activités culturelles, artistiques ou de loisirs, organisées en violation des règles générales de protection de la population. Les fêtes patronales, les bals, les concerts, les spectacles, les journées récréatives, les soirées dansantes, aucune activité mondaine ou publique n'est exclue de cette disposition. Dès la publication de cette note, le ministère de la Culture et de la Communication requiert automatiquement la force publique contre tout contrevenant ne respectant pas scrupuleusement les mesures barrières et  violant l'état d'urgence sanitaire du 31 mai 2021, décidé par les autorités publiques, politiques et sanitaires, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 », conclut la note.



Réagir à cet article