La France décerne « l’ordre des Arts et des Lettres » à la Franco-haïtienne Anne-Louise Mésadieu

Publié le 2021-05-31 | lenouvelliste.com

Conseillère régionale sortante, maire adjointe déléguée à la culture à Chaville, en Ile-de-France, la Française d’origine haïtienne, Anne-Louise Mésadieu, figure parmi des personnalités désignées cette semaine par la ministre de la Culture de la France Roseline Bachelot pour recevoir « l’ordre des Arts et des Lettres ».

Cette décoration honorifique française récompense « les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu'elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde », a appris Le Nouvelliste.

« J’avoue que ce n’est pas sans une certaine émotion que j’ai découvert mon nom sur la liste des personnalités décorées. Joie et fierté résument en somme mon état, eu égard à mon parcours de petite Franco-Haïtienne née à la maternité Isaïe Jeanty un 12 janvier en Haïti », a confié Anne-Louise Mésadieu, jointe par le journal.

Passionnée de culture, Anne-Louise Mésadieu, œuvre depuis quelques années afin de promouvoir et favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre. « Je suis particulièrement fière du café du forum des savoirs que j’ai initié et anime depuis plus de 10 ans, un samedi par mois, autour des sujets multiples et variés dans ma ville, à Chaville. Il y a aussi les soirées philo que j’organise une fois par trimestre avec de prestigieux philosophes, tels Étienne Klein, Raphaël Enthoven, Cynthia Fleury, François Xavier Bellamy... L’objectif étant d’inviter le public à la réflexion et à l’échange», a-t-elle ajouté, profondément attachée à la culture comme vecteur de cohésion sociale

La culture, vecteur de cohésion sociale

« La culture est à mon sens, le seul véritable vecteur de cohésion sociale. Pouvoir impulser ces rencontres accessibles à tous, gracieusement, est non seulement une volonté politique mais aussi une chance », a poursuivi Anne-Louise Mesadieu, profondément reconnaissante de la confiance et de l’appui inconditionnel de  son maire, Jean-Jacques Guillet, la présidente de région Valérie Pécresse. Anne-Louise Mésadieu salue avec cette même énergie, cette même reconnaissance l’aide de quelques amis écrivains, philosophes, cinéastes célèbres qui, « dans leur quête du partage de savoir, mettent leurs réseaux à disposition pour le plus grand bonheur du public, en règle générale ». 

Une distinction individuelle, effort collectif

« Je pense pouvoir dire que cette distinction est le fruit du travail et résulte en partie de mon engagement à la région Ile-de-France auprès de Valérie Pécresse qui a fait choix de moi et m’a confié la présidence de la commission culture, des résidences d’écrivains et du fonds de soutien cinéma. C’est d’ailleurs un des membres du comité de lecture des scenaris, le producteur scénariste Djamel Bensalah qui a suggéré mon nom à la ministre de la Culture, Madame Roselyne Bachelot. Qu’hommage soit donc rendu à Valérie et Djamel avec une mention spéciale pour notre conseiller culture à la région, François Demas qui n’a cessé de m’accompagner et me porter durant tout ce 1er mandat », a longuement expliqué Anne-Louise Mésadieu, qui a puisé son énergie dans le support du fils Alan, de ma chère mère Résia Milien, de sa famille et des amis.

Née à Port-au-Prince,  Anne-Louise Mésadieu, qui a une formation juridique, a travaillé au sein de plusieurs institutions françaises et auprès de plusieurs hommes politiques français. Attachée à Haïti, défenseure de la culture haïtienne en France, Anne-Louis a joué le premier rôle féminin dans le film Royal Bonbon de Charles Najman, aux côtés de Dominique Batraville, tourné au Cap-Haïtien. Présidente de l’Association Actions, Anne-Louis Mésadieu s’engage dans des actions humanitaires en faveur d’Haïti.

Roberson Alphonse



Réagir à cet article