Oswald vous invite à découvrir son univers avec « Option »

Le chanteur d’origine haïtienne Oswald Clerveus a sorti, le 9 avril 2021, son deuxième album studio baptisé : « Option ». Un disque à travers lequel il vous invite à découvrir sa polyvalence. Comprenant 15 titres, parmi lesquels Suc (sur un carreau) paru en plein confinement, cet album dont la vocation n’est autre que de conquérir les amoureux du compas élargit à coup sûr le fan-club du chanteur.

Publié le 2021-06-28 | lenouvelliste.com

Depuis que nous l’avons découvert sur la reprise de Despacito avec Mickael Guirand, Oswald Clerveus a décidé de ne pas nous lâcher et de s’installer définitivement dans l’univers musical haïtien. L’autre voix masculine du titre « Krazèd Fwaye » invite le public haïtien à voyager à travers sa polyvalence artistique. C’est d’ailleurs la principale raison qui l’a conduit à finalement rendre son album disponible. « On me demande souvent si c’est le bon moment pour sortir un album, vu la situation, mais je voulais vraiment sortir ce projet afin de présenter mes couleurs musicales au public », ainsi ont été formulées les premières paroles du chanteur au cours de notre entrevue. L’on comprend à travers ces mots que présenter son travail au public, particulièrement haïtien, lui tenait à cœur. Principalement, parce que c’est le premier disque qu’il soumet depuis que le succès lui sourit sur la terre de ses ancêtres.

Conscient du rôle de ses collaborations dans sa conquête du HMI, on se souvient évidemment de Despacito avec Vayb, Krazèd Fwaye avec Roody Roodboy et plus récemment le remix de Rete la avec Rutshelle) - la voix de Solo nous a servi de très belles chansons sur ce disque. Citons par exemple le titre « Rete avè m » avec J-Perry ou encore « Ride it » avec Bamby dont la vidéo est sortie le 17 juin. Il nous remet aussi sur la piste de Saël que nous avons un moment perdu de vue avec le titre « They will never know ». Vous vous souvenez de Saël ? Non ? Il a eu un franc succès dans les années 2005-2008 avec son album Saël and Friends, avec Tchimbe rèd pa moli entre autres chansons. Stony, Nickenson Prud’Homme et Bbo Beat ont aussi collaboré sur l’album.

Pourquoi ces artistes-là ? Le vibe du moment, bien sûr ! Vous savez bien que la musique et l’art en général laissent une place spéciale au feeling. « Le choix n’a pas été fait selon le niveau ou pour apporter du buzz », précise l’artiste. Il confie plus loin avoir voulu solliciter la dextérité de plusieurs musiciens de manière à apporter plus de couleurs sur l’album et ainsi respecter son objectif.

Plus de deux mois après sa sortie, « Option » continue de faire son petit bonhomme de chemin. Écouter ce disque n’est aucunement une option, mais plutôt un « must ». « Suc, sur un carreau », a été un avant-goût significatif. Il y a sur l’album d’autres sons qui donnent envie de se retrouver directement sur une piste de danse en bonne compagnie, comme « Ti Doudou » validé par les dames, « First Night », « Rete avè m », « Toxic »… Évidemment, il y en a pour tous les goûts, un peu de soca, du reggae. Oswald s’est même essayé au compas « pike devan » sur « Fè yo wè » et ça passe. De l’amour toxique à l’amour inconditionnel d’un père pour sa fille, un éventail des déclinaisons de l’amour est évoqué dans les textes de l’album. En plus de cela, l’homme Solo chante en trois langues : créole, français et anglais.

Oswald Clerveus s’est montré généreux avec cet album. Outre la totalité des chansons, quinze, il l’a lui-même mis en écoute libre sur YouTube. Cela coupe court aux rumeurs de tous ceux qui auraient voulu le faire de mauvaise foi. « C’est aussi une façon de partager mon travail avec les autres. En ces temps, c’est la moindre des choses. Également, ça permet à ceux qui n’ont pas accès aux autres plateformes de pouvoir écouter l'album », soutient celui qui croit que cette stratégie sera payante lorsque la vie reprendra son cours et que des concerts seront permis. 

Soulignons que le chanteur avait souhaité lancer ce projet en Haïti en décembre dernier. Mais la pandémie et l’insécurité au pays ont brisé ce souhait. Il a pu organiser, en mai dernier, une tournée promotionnelle autour de l’album en vue de permettre au public haïtien de mieux le connaitre et l’inviter à déguster son travail.

De mon côté, je vous suggère les titres : « Toxic », « Rete avè m », J’aime particulièrement le travail du saxophoniste à la fin, « First night », pour le groove, « I can let you go » ou encore « Ride It ». Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, hein ? Alors, faites-vous votre propre avis !



Réagir à cet article