Eden Bérandoive, « je veux inspirer et motiver les autres »

« C’est un honneur pour moi de représenter un peuple comme Haïti. Un peuple si fort, si résilient », a confié Miss Eden Bérandoive, au nombre des 74 postulantes en lice pour remplacer Zozibini Tunzi, Miss Univers 2019. Faire de son mieux et y mettre tout son cœur, voilà ce qu’a promis celle qui fera flotter notre bicolore à la 69e édition de Miss Univers dont la finale est prévue pour le dimanche 16 mai 2021 au Seminole Hard Rock Hotel and Casino à Hollywood, en Floride, aux États-Unis.

Publié le 2021-05-14 | lenouvelliste.com

Son sourire ne saurait mentir. Éden aime ce qu’elle fait. Défiler sur les planches, c’est l’affaire de cette fille qui a rêvé d'être mannequin et danseuse professionnelle et qui se passionne pour la musique. Avec son petit air fragile, on la croirait timide. Toutefois, ne vous y fiez pas trop. « Je suis une personne très déterminée. Quand je veux atteindre un objectif, je me donne à fond », affirme avec assurance celle qui à présent étudie la psychologie et l’entrepreneuriat.

Petite fille d’Aquin où elle naît et grandit, Eden Bérandoive fréquente le collège Notre-Dame du Sacré-Cœur d’Aquin jusqu’en classe de seconde. Puis elle passe à l’école des frères, et c’est là qu’un épisode malheureux va se produire. « Mon professeur d’espagnol à l’époque m’a surnommée d’une façon que je n’appréciais pas, je lui ai dit d’arrêter et que ce n’était pas mon nom. Après le cours, alors que je sortais par la porte, il m’a touché au niveau au niveau de la hanche alors que je passais devant lui. J’ai repoussé sa main. En réaction, il m’a assené un coup au visage. Et comme il portait une bague, cela m’a fendu le nez. On a dû m’emmener d’urgence à l’hôpital », confie Eden, qui semble encore toute confuse en relatant cet incident qui date de 2014. Elle ne comprend toujours pas ce qui s’était passé. Elle qui d’ordinaire est calme et gentille. Elle était dans son droit de ne pas vouloir que son professeur la touche, d’ailleurs, dit-elle comme pour elle-même.

Cet acte de violence n’a guère été sans conséquence sur la vie de cette jeune fille qui se rappelle encore toutes les péripéties auxquelles elle a dû faire face. « J’avais le nez cassé et le visage tout déformé. Par la suite, j’ai développé une infection pulmonaire et cela m’a rendu très malade. J’ai été hospitalisée pendant des mois. J’avais des problèmes au cœur. Il m’était difficile de respirer et partout où je passais, je devais trainer avec moi ma bonbonne d’oxygène. Les docteurs ne me donnaient pas plus d’un an à vivre. J’ai dû me battre pour ma vie », raconte Eden, qui a dû après cet évènement rentrer à Port-au-Prince. En cette période sombre de sa vie, même ses parents ont, à un certain moment, cru qu’elle n’arriverait jamais à boucler ses études classiques. D’ailleurs, pour eux aussi, la situation n’était pas évidente. « Alors que je souffrais sur mon lit d’hôpital, ils ont fait un complot pour jeter mon père en prison quand il a voulu réclamer justice pour moi. Il a passé cinq jours en prison », révèle celle qui à l’évidence ne s’est pas remise de cette agression.

D’ailleurs, jusqu’à présent, rien n’a encore été fait pour réparer ce tort qu’on lui a causé. « C’est vraiment une chose horrible. C’est le plus grand traumatisme que j’ai eu dans ma vie. Je ne voulais jamais en parler. C’est à partir de Miss Haïti que j’ai raconté cette histoire publiquement. J’en avais honte. J’avais …. Enfin », relate-t-elle, laissant une partie de sa phrase en suspens. Un peu comme on le fait quand on veut mettre fin à une discussion.

Être miss, un moyen d’inspirer les autres

« J’ai toujours été très active dans les activités culturelles quand j’étais petite. À un certain moment je voulais devenir une danseuse professionnelle et j’enseignais la danse à d’autres enfants », raconte Éden qui s'y connaît aussi en volley-ball. Après tout ce que j’avais vécu et tous les obstacles que j’ai dû surmonter, j’ai voulu partager mon histoire avec d’autre jeunes », nous dit la nouvelle Miss Haïti qui s’est inscrite à cet effet au concours en 2019.

« Miss Haïti m’offrait une plateforme que je pouvais utiliser pour parler aux autres jeunes qui sont victimes de violence. Je voulais inspirer les autres. Très souvent, beaucoup de personnes restent dans leur bulle, tandis qu’elles ont beaucoup à partager. Moi je voulais permettre à d’autres de comprendre tous les combats que j’ai dû mener pour être la personne que je suis aujourd’hui. Une femme qui est restée ferme malgré tous les obstacles, avec le courage d’avancer et de suivre ses rêves », nous apprend Éden qui, lors de sa participation au concours Miss Panamerican 2019, a fait partie du top 8 du concours, remporté le titre de Miss Élégance et ramené en Haïti la couronne de Miss Internet International.

Ses rêves, l’ancienne étudiante en relations internationales à l’Académie nationale diplomatique et consulaire (ANDC) continue de les poursuivre. Le dimanche 16 mai 2021, le monde entier pourra la voir défiler avec les 73 autres postulantes, lors de la grande finale de Miss Univers. Confiante, l’actuelle Miss Haïti ne vous demande qu’une chose : votre support. Votre vote aussi, tandis qu’il est encore temps afin de lui permettre de se qualifier automatiquement au top 21 de cette prestigieuse compétition.



Réagir à cet article