Forum Société civile haïtienne

Création d’une nouvelle « Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise »

Publié le 2021-05-11 | lenouvelliste.com

Les différents groupes de l’opposition politique peinent à trouver un accord entre eux. La plupart de ces organisations écartent toute possibilité d’un accord politique avec le président Jovenel Moïse qui met sur la table le poste de Premier ministre. Les jours passent et le pays s’enlise de plus en plus dans une crise qui paralyse le bon fonctionnement de tous les secteurs, à l’exception de l’insécurité et du kidnapping. C’est dans ce contexte que des organisations de la société civile créent une nouvelle  commission avec pour mission de « rechercher une solution haïtienne à la crise… »

La crise politique perdure. « Les formules politiques se sont succédé, ainsi que les manifestations citoyennes et les mobilisations populaires, sans arriver à déclencher le changement auquel aspirent de larges majorités privées de services et de leurs droits les plus élémentaires », a dit constater la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise.

« Corollaire de l’arbitraire et de l’autoritarisme grandissants, l’insécurité n’a pas cessé de progresser. Des gangs armés se fédèrent officiellement et opèrent à visière levée ; les actes de kidnapping se multiplient ; des massacres sont perpétrés dans les quartiers populaires ; des crimes sordides sont commis en toute impunité ; les espaces publics et même privés sont livrés aux bandits ; la population se retrouve abandonnée par l’État, sans secours et sans recours », a énuméré ce nouveau-né de plusieurs organisations de la société civile après l’échec de la Passerelle.

Selon cette commission, à cause du dysfonctionnement des grands pouvoirs d’État, l’exécutif et le Parlement notamment, aucune des élections de renouvellement du personnel politique du pays n’a été organisée depuis l’accession de Jovenel Moïse au pouvoir. « Il profite néanmoins de cette carence institutionnelle, dont il est le premier responsable, pour légiférer par décret et déployer un autoritarisme inquiétant par la prise de décisions lourdes de conséquences pour la nation », a dénoncé la commission, qui a cité, à titre d’exemple, la publication de deux décrets, l’un portant sur l’Agence Nationale d’Intelligence et l’autre sur le Renforcement de la Sécurité publique qui qualifie de simples délits d’actes de terrorisme.

Ces documents, a dénoncé, la Commission, « constituent une grave atteinte aux libertés individuelles et collectives, un cas de violation des droits fondamentaux des citoyens et contribuent à affaiblir encore davantage l’état de droit. »

« Devant le refus du pouvoir de se plier aux impératifs constitutionnels malgré les mobilisations massives, populaires comme politiques d’une part, et l’impossibilité pour le secteur politique de faire triompher ses vues quant aux mécanismes de résolution de la crise d’autre part, le pays se retrouve dans une impasse politique et il nous importe de rechercher les voies et moyens pour reconstruire et refonder nos institutions dans une perspective de changement », lit-on dans une note publiée par la commission signée par environ 400 organisations de la société civile issues des dix départements et de la diaspora.

De l’avis de cette nouvelle structure, « en l’absence des institutions de contre-pouvoir, il revient aux secteurs vitaux du pays, dans un élan patriotique, de se mobiliser en vue d’éviter l’effondrement total de l’État et de permettre à la nation de sortir de l’impasse. »

La Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise est composée de :

Révérend Père Frantz Joseph CASSÉUS / Église épiscopale d’Haïti

Madame Monique CLESCA

Madame Magali COMEAU DENIS / Kolektif Atis Angaje

Révérend Pasteur Jean Kisomaire DURÉ / Fédération protestante d’Haïti

Monsieur Evens FILS / Fédération des barreaux d’Haïti

Madame Magalie GEORGES / Collectif des syndicats haïtiens pour le respect de la Constitution

Monsieur Louis Joël JOSEPH / Plateforme des organisations paysannes 4G-Kontre

Madame Sabine MANIGAT / Plateforme des organisations féministes

Monsieur Michel A. PÉAN

Monsieur Maxime RONY / Plateforme des Organisations haïtiennes des droits de l’Homme

Monsieur Jacques Ted SAINT-DIC

Monsieur Wilfrid SAINT-JUSTE / Secteur vodou

Un représentant du Forum haïtien pour la paix et le développement durable (à désigner)

Cette Commission affirme qu’elle travaillera de concert avec les différentes composantes de la société, dont les partis et les regroupements politiques.

Il a aussi été créé un Comité de suivi composé de : James BELTIS de Nou Pap Dòmi ; Bonivert CLAUDE de la Croisade pour le développement et le progrès d’Haïti (CDPH) ; Myrtha DÉSULMÉ du Forum haïtien pour la paix et le développement durable (FOHPDD) ; Marc DORVIL du Collectif des syndicats haïtiens pour le respect de la Constitution (COSHARCO) ; Sylvain EXANTUS de la Fondation Rédemption Haïti (FRH) ; Jean-Marie Raymond NOEL du Comité d’union et de support aux municipalités (CUSM) et de Edouard PAULTRE de la Coalition des acteurs de la société civile (CASC)



Réagir à cet article