Benoit d’Afrique en résidence à la Maison des Jardies en France

Publié le 2021-05-10 | lenouvelliste.com

La région Île-de-France accueillera l’auteur haïtien Benoit d’Afrique en résidence internationale à la Maison des Jardies, ancienne maison d’Honoré de Balzac et de Léon Gambetta, durant 6 mois, mai 2021 - octobre 2021.

Benoit d’Afrique est le récipiendaire d’une bourse pour une résidence littéraire de six mois à la Maison des Jardies (Sèvres). Jeune poète, photographe et président de l’association le Cénacle des Treize, il est aussi  directeur de publication de la revue littéraire et artistique Débridé et également responsable de la rubrique « Pro’sie » de l’Éclectique, revue étudiante de l’université Paris-Sorbonne.

Il s'est fait remarquer en 2018 avec son recueil de poèmes « L'enfant n'est pas mort, éd. Z4, réed.CorrectPro ». Il a été lauréat du prix international de Poésie en liberté en 2016 pour son poème « Ma mort », paru chez les éditions Bruno Doucey. En 2020, avec son texte « Mots ouverts », il est finaliste du prix international Léopold Sédar Senghor en Italie.

«Cette résidence littéraire m’a été accordée pour œuvrer sur un projet d'écriture qui habite mes poumons depuis quelque temps. Un récit, provisoirement intitulé « Plein d’ailleurs» qui portera sur l’absence, l’enfance et le deuil comme figures lyriques et moyens d’habiter la mémoire au détriment de l’oubli », a déclaré le résident concernant le principal but de ce séjour d’écriture.

« Je suis immensément content. J’étais depuis quelque temps en quête d’un lieu qui me permettrait d’exploiter mon plein potentiel, un lieu où je pouvais trouver asile et tranquillité pour avancer dans mon projet d'écriture et surtout souffler et inspirer. Un lieu qui me permettrait de renforcer mon expression créative», s'est félicité l’actuel résident de la Maison des Jardies.

Pour Benoit d’Afrique, cette résidence est comme une sorte de laboratoire poétique où il peut travailler la langue à fond, voir ce qu'elle a de meilleur à offrir au monde.

Selon le natif de la cité de Jacques Stephen Alexis, cette résidence à la Maison des Jardies est comme une porte. « Pas une porte de sortie, mais pour entrer humainement et humblement dans le cœur de l’inspiration absolue. Je vais m’introduire dans l’intimité d’une belle âme immense, entrer dans les battements de la nature gorgée de chants d’oiseaux migrateurs et de soleils en cascade. ».

Logé sur le versant sud du domaine de Saint-Cloud, la Maison des Jardies était à l’origine une habitation de vigneron. Son cadre reposant et idéalement situé près de Paris attire au XIXe siècle des personnalités qui marqueront le site de leur empreinte, telles que Balzac en 1827 et Léon Gambetta en 1878.



Réagir à cet article