Fête de l’agriculture et du Travail: entre nouveauté et continuité

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Patrix Sévère, et la ministre des Affaires sociales et du Travail, Ghislaine Monpremier ont lancé à l’Hostellerie du roi Christoph, au Cap-Haïtien, le jeudi 29 mars 2021, une foire agrogastronomique et artisanale pour marquer la fête de l’Agriculture et du Travail de cette année. Cette activité qui se tient du 29 avril au 1e mai et qui a réuni plusieurs milliers de riverains, dont des écoliers, a permis aux ministères d’exposer les produits agricoles et artisanaux de plusieurs départements géographiques du pays et de faire la promotion de certaines pratiques agricoles.

Publié le 2021-04-30 | lenouvelliste.com

C’est dans une ambiance festive que le lancement des festivités relatives à la fête de l’Agriculture et du Travail a été donné. « Dans an nou » du Cap-Haïtien et le Théâtre national se mêlaient de la partie et offraient une ambiance de toute beauté à quelques dizaines de participants présents lors du lancement. C'était aussi l’occasion pour les deux ministres d’exprimer leur volonté de créer des espaces de promotion pour l'agriculture et l’artisanat haïtien. 
Si la première journée a été plutôt terne, au cours de la deuxième journée qui a bénéficié de la présence de plusieurs officiels de l’État, dont le président de la République Jovenel Moïse, a été, a bien des égards, une réussite.

Plusieurs dizaines de producteurs ont exposé leurs produits et plusieurs milliers de visiteurs ont défilé. Artisans, pêcheurs, transformateurs et producteurs agricoles ont été présents et ont fait de cette activité une réussite. 
Les directions départementales agricoles, les coordinations de projets comme le projet de Renforcement des services publiques agricoles (RESEPAG), le Programme d’innovation technologique en agriculture et agroforesterie (PITAG) et le programme de pêche artisanale du ministère de l’Agriculture ont tout mis en œuvre pour offrir une bonne copie aux visiteurs. Cette foire constituait également une vitrine pour des institutions financières comme la Banque nationale de développement agricole (BNDA) de présenter certains produits et services offerts. 


Ainsi, la foire n’était pas qu’une activité d’exposition. Cette année, plusieurs thématiques importantes ont été développées au cours de cette activité. Outre l’exposition, certains groupes et institutions en avaient profité pour sensibiliser la population à certaines pratiques néfastes à l’agriculture et à l’environnement notamment l’environnement marin. À cet effet, des dépliants contenant des informations importantes ont été distribués et des discussions tenues avec les visiteurs. 


Afin de permettre aux visiteurs de faire la connaissance de certaines espèces de poissons comme les espèces pélagiques accusées à tort et à travers comme des espèces nocives, des dégustations  ont été réalisées sous diverses formes. Les responsables de la coordination du département du sud de ce projet parlent des dégustations de poisson sous formes de kibi, de sandwich, de pizza ; de poisson à la noix et de poisson à la crème fraiche. 
 Cette activité, selon les responsables, consiste surtout à faire la promotion d’une forme de pêche plus responsable et plus résiliente. À travers cette initiative, la coordination départementale du Sud qui s’est présentée avec plusieurs associations de pêcheurs, a tenu à expliquer  que le principal objectif de cette activité est d’encourager la pêche au large. Il a expliqué qu’il n’est pas vrai que les espèces pélagiques soient nocives pour la santé humaine.  « En mangeant ces espèces, on n’a pas à craindre le ciguatera qui  est une intoxication alimentaire par les chairs de poissons contaminés par la microalgue benthique Gambierdiscus toxicus présente dans les récifs coralliens », explique-t-on. 

Les représentantes de l’organisation dénommée Rasanbleman fanm vanyan Limonad (RAFAVAL) a inscrit sa participation aussi dans cette perspective. Ce groupe, qui a recu l’appui du projet de Renforcement des services publics agricoles (RESEPAG) et dont la principale activité est la transformation de produits agricoles, dont le cacao et l’arachide, est présent dans l’optique de sensibiliser la population à l’importance de certains produits. Ces femmes se montrent plutôt satisfaites de la réalisation de cette activité au cours de laquelle elles ont pu élargir leur réseau de clients. « La vente n’est pas au rendez-vous, mais on a eu beaucoup de visites, ce qui nous permet d’agrandir notre réseau de consommateurs », soutient Cherley Étienne, l’une des responsables de cette structure. 

Les autorités, en guise d’exprimer leur satisfaction, ont invité la population à un coude-à coude pour relancer la production du pays. De l’avis du ministre de l’agriculture, le temps est à l’action et à la solidarité. "La célébration de la Fête de l'Agriculture et du Travail, cette année est l'occasion de convertir le problème en opportunité" a déclaré le  titulaire du MARNDR Patrix Sèvere qui en profite pour adresser des mots d'encouragement aux  agriculteurs et aux artisans du pays. 

Abondant dans le meme sens, la ministre des Affaires sociales et du Travail, Ghislaine Monpemier, a mis l'accent sur la question de décentralisation comme l'un des moyens de création d'emplois pour le développement du pays. L'agriculture, dit-elle, va de pair avec le travail. Est-ce pourquoi, elle invite les visiteurs à encourager les producteurs qui se démènent à cultiver des denrées pour garantir la souveraineté alimentaire malgré les difficultés de toutes sortes.



Réagir à cet article