Troisième réunion trimestrielle des partenaires du PIC

Publié le 2021-04-30 | lenouvelliste.com

Un panel d’intervenants de l’Unité technique d’exécution (UTE) est intervenu à la troisième réunion trimestrielle des parties prenantes du Parc Industriel de Caracol (PIC) tenue le jeudi 29 avril 2021 à la salle de conférence dudit Parc.  Retransmise par vidéoconférence, cette réunion, à laquelle ont pris part des représentants de diverses institutions partenaires telles que la BID, l’USAID, l’ambassade des États-Unis en Haïti, l'administration générale des douanes, Better Work, le ministère de l’Economie et des Finances (MEF), la Direction générale des impôts (DGI), la SONAPI, a permis aux intervenants d’apporter d’éclairer l’assistance et le grand public sur des questions relatives à la gestion financière, environnementale et sociale du PIC.

Des informations assez instructives concernant les projets d’extension du PIC, d’installation de centrale photovoltaïque, la construction d’une réserve de carburant, entre autres, ont jalonné les interventions des différents panélistes de cette 3e réunion trimestrielle du PIC lancée par le ministère de l’Economie et des Finances, M. Michel Patrick Boisvert.

D’entrée de jeu, le ministre Boisvert a salué cette initiative qu’il entrevoit comme un rendez-vous incontournable en ce sens qu’il permet aux différents partenaires de s’informer de la santé du PIC et sur les nouvelles perspectives pour son développement.

« Le PIC a une importance toute particulière pour l'État haïtien, puisque depuis son existence, il a contribué de façon notable au développement de la région et a permis la création d 15 000 emplois, sans compter les activités et emplois indirects », a indiqué le grand argentier de la République qui a remercié les partenaires ayant soutenu la mise en place de ce projet, notamment la BID et l’USAID qui continuent d'apporter leur support au PIC.

« Je ne saurais passer sous silence les discussions positives faites avec la BID pour le financement du PIC V en vue de la construction de nouvelles infrastructures permettant d’augmenter la création d’emplois et de prendre en compte certaines préoccupations des locataires telles que la mise à disposition des bâtiments, la gestion des déchets et la qualité de l’eau au PIC, le renforcement des capacités des ressources humaines au PIC », a fait remarquer le ministre des Finances, qui croit qu’avec de telles perspectives, l’objectif des 20 000/25 000 emplois peut être envisagé.

Les locataires du PIC et l’UTE ont été honorés par le titulaire du MEF. « Je tiens à féliciter les locataires qui a continué à nous faire confiance malgré la situation sanitaire qui a fragilisé l’économie haïtienne. Je veux souligner avec satisfaction les efforts productifs déployés par l’Unité technique d'exécution (UTE) en vue de répondre au mieux aux attentes des locataires », a souligné Michel Patrick Boisvert, qui a cité à titre d’exemple la mise en place de la réserve de carburant, la présence d’une administration au PIC.

« Nous saluons aussi la concrétisation du projet d’installation de deux centrales solaires au PIC. Ce projet qui devrait permettre à terme la baisse du kw/h et rendre le PIC encore plus compétitif. J’encourage vivement l’UTE à encourager la mise en œuvre de ce chantier, se réjouit le ministre qui a mis en exergue la décision du conseil d’administration de la SONAPI de prolonger le mandat de l’UTE pour une période de 5 ans avec un agenda clair pour préparer la prise en charge du PIC par une entité spécialisée à même d’assurer une gestion moderne du PIC.

L’autre moment fort de la réunion a été la présentation par les responsables de l’UTE du bilan et des défis de cette entité du MEF chargée de la gestion du PIC depuis la que la Sonapi a été mis à pied pour sa gestion désastreuse du Parc. Ainsi, depuis juillet 2019, la gestion a été confiée à l’UTE.

 C’est à Michel Joassaint, directeur exécutif de l’Unité technique d’exécution qu’il revenait de présenter les réalisations et les perspectives du PIC à cette 3e réunion trimestrielle. D’emblée, il a tenu à rappeler que le transfert de la gestion du PIC à l’UTE a été fait le 5 juillet 2019. Mais la prise en charge réelle est rendue effective en septembre 2019. L’objectif visé par les membres de l’UTE dès lors est d’améliorer la gestion du PIC en vue de la mise en place d’une solution de gestion pérenne.

Cependant, le contexte de cette prise de fonction n’allait pas favoriser l’UTE dans sa nouvelle tâche. En effet, pandémie oblige, cinq ateliers de Sae-A obligeant la mise à pied de plusieurs centaines d’employés. Ajouter à cela les manifestations violentes au PIC et l’impact non négligeable de l’évolution du taux de change (gourde/dollar) sur les revenus du PIC.

Quoi qu’il en fût rien n’a changé dans les orientations stratégiques des membres de l’UTE plus que jamais motivés par le désir d’appliquer une bonne gouvernance et des pratiques d’une gestion saine ; limiter l’impact environnemental des activités du PIC ; prendre en compte la dimension genre dans les activités du PIC ; offrir des services et des infrastructures de qualités ; améliorer la compétitivité et l’attractivité du PIC ; promouvoir l’image du PIC.

Principales réalisation du PIC

Parmi ces réalisations le responsable de l’UTE a mentionné le renforcement de l’administration (équipements, recrutement et formation) ; les relations suivies avec les locataires ; le réhaussement de la clôture du PIC ; la construction d’une réserve de carburant ; l'appui à la municipalité de Caracol ; construction d’un local pour l’ANAP ; le plan d’actions genre du PIC ; Formation des chauffeurs, etc.

Michel Joassaint a passé en revue quelques chantiers amorcés par l’UTE dans le cadre du mandat de sa mission parmi lesquels : la mise en place d’un système informatisé de gestion financière ; l'audit des états finaciers du PIC 2016 à 2019 ; l'appel d’offres pour la conception, construction et gestion du site de décvharge de Mouchinette ; le recrutement d’une firme pour la conception, la construction et la gestion des centrales solaires du PIC,etc.

À côté de tous ces projets, l’UTE ne s’est pas borné à se lancer des défis pour la période à venir. Parmi ces défis, l’élaboration d’une politique de sanctions ; l'élaboration d’un plan de communication pour le PIC ; la conception du site web du PIC.



Réagir à cet article