L’approche des 68 congressmen américains est « raciste » et traduit de l’irrespect, dixit le PM a.i. Claude Joseph

Publié le 2021-04-29 | lenouvelliste.com

Le Premier ministre a.i. Claude Joseph, dans une interview exclusive accordée au Nouvelliste, ce jeudi 29 avril, a vertement critiqué la lettre des 68 congressmen au secrétaire d’État américain Antony Blinken indiquant « qu'aucune élection sous l'administration actuelle en Haïti ne sera libre, juste et crédible » et que le «  département d’État devrait plutôt se concentrer sur les problèmes de légitimité démocratique sous-jacents identifiés par la société civile haïtienne et soutenir un processus de changement mené par Haïti ».

« Je pense qu’il y a une démarche contre Haïti qui est la première république noire indépendante. Je pense que les congressmen doivent manifester un respect pour l’histoire du pays. Je pense qu’il y a un irrespect envers les principes démocratiques. Un irrespect envers les principes de l’autodétermination des peuples qui est exprimé dans la lettre des congressmen », a indiqué le Premier ministre a.i., content de la réaction de l’ambassade d’Haïti à Washington. « Elle a réagi avec beaucoup de respect en rappelant qu’Haïti est un État souverain », a estimé Claude Joseph, soulignant que « ce qu'ils demandent aujourd’hui ne fait pas justice aux 56 % du suffrage exprimé en faveur de Jovenel Moïse aux élections de 2016. Il ne fait pas justice aux gens qui veulent voter aux élections de 2021 pour élire d’autres leaders, pour élire un autre président ».

« Je pense qu’il faut plus de respect envers l’approche qui est faite. Je pense qu’elle est un peu raciste, un peu ethnocentrique. Il faut que cela change », a assené Claude Joseph qui  dit s'opposer aux déclarations des congressmen sur l’aggravation de la crise par des élections. « Les élections seront organisées par le Conseil électoral provisoire avec le support de beaucoup d’amis de la communauté internationale. Ce seront des élections crédibles, transparentes et honnêtes. C’est le meilleur candidat, celui qui est le plus populaire, qui gagnera », a assuré Claude Joseph.

«Écoutez la voix de la société civile haïtienne et celle des organisations de base qui ont clairement indiqué qu'aucune élection sous l'administration actuelle en Haïti ne sera libre, juste et crédible. Le département d’État devrait plutôt se concentrer sur les problèmes de légitimité démocratique sous-jacents identifiés par la société civile haïtienne et soutenir un processus de changement mené par Haïti. Des élections organisées sans respecter les normes de participation et de légitimité internationalement acceptées ne feront que saper davantage la confiance dans la gouvernance démocratique, gaspiller des ressources rares et perpétuer un cycle d'instabilité politique et de violence », avaient mis en garde les 68 signataires de cette lettre, qui en ont profité pour exprimer leurs graves et urgentes préoccupations concernant la détérioration rapide de la situation en Haïti.

« Pendant des décennies, la communauté internationale a investi des centaines de millions de dollars pour aider Haïti à atteindre la stabilité politique et une démocratie représentative. Afin d’avancer de manière plus productive, nous devons reconnaître que ces efforts n’ont pas permis d’atteindre les résultats escomptés et que continuer sur la même voie ne fera qu’exacerber la situation », ont souligné les congressmen américains, indiquant que les troubles politiques à l'intérieur du pays ont considérablement augmenté depuis 2018 et ont entraîné une grave instabilité et une violence politique.



Réagir à cet article