Black-out pré-payé, ban nou yon ti limyè souple

Publié le 2021-04-23 | lenouvelliste.com

Manno Charlemagne, dont on a commémoré l’anniversaire de la naissance le 14 avril dernier et à qui la mairie de Carrefour s’apprête à rendre hommage en inaugurant un complexe qui porte son nom, avait bien chanté «Ban m yon ti limyè».

En ce mois d’avril, alors que les publicités annonçant la disponibilité des compteurs pré-payés, c’est la compagnie chargée de commercialiser l’électricité en Haïti qui doit faire autant : faire la lumière sur le black-out et ses plans pour ceux qui paient à l’avance le courant promis.

Il y a de moins en moins d’électricité depuis quelque temps. Le problème récurrent est de retour. On ne sait pas si l’Electricité d’Haïti (EDH) connaît des problèmes techniques ou si les difficultés d’approvisionnement en carburant annoncées au début du mois d’avril par la direction empêchent encore l’entreprise de fournir de l’énergie électrique.

Ces derniers jours, il était question de travaux en cours pour améliorer les capacités de production. Pour y parvenir, l’EDH avait annoncé des interruptions volontaires du service.

Est-ce la raison de la rareté du courant dans la région métropolitaine ?

L’EDH doit communiquer plus et mieux même quand le courant est rare.

La direction devait aussi rassurer sur le délai avant l’électricité 24/24, toutan, toupatou.

On a besoin de bonnes nouvelles ces jours-ci. «Yon ti limyè ta fè nou di byen».

Dans quel département le projet avance-t-il le mieux ? Quel département géographique atteindra le premier l’objectif kouran 24/24-7/7 dans ses moindres recoins ?

Si les départements ne seront pas électrifiés de sitôt, de l’EDH ou de l’Anarse, qui peut faire le point pour la population?

Même les plus sceptiques rêvent de courant électrique. Les autorités ont allumé l’envie et l’attente. Il leur faut nous informer des délais et des problèmes.

Surtout pour ceux qui ont cru qu’avoir un compteur pré-payé serait la garantie d’avoir le courant acheté.

Nou merite anpil limyè sou blakawout peye davans lan.



Réagir à cet article