L’holocauste, c’est nous!    

Publié le 2021-04-12 | lenouvelliste.com

Le pays refait les manchettes de la presse internationale. Comme souvent, ce sont des affreux jojos, flanqués de Kalachnikov, de Galil et d’autres fusils d’assaut  qui écrivent jusque dans les marges l’histoire d’un quotidien de plus en plus insoutenable pour la population.                                                     

En France, les chaines d’informations en continu parlent des membres du gang 400 Mawozo qui, dimanche matin, à La Tremblay, sur la route de la Croix-des-Bouquets, ont  kidnappé 7 religieux dont 2 ressortissants français et trois membres de la famille d’un prêtre. Ces personnes devaient  participer à l’installation de ce prêtre dans sa nouvelle paroisse, à la Galette Chambon, une section communale de Ganthier.

Avec le kidnapping de ces religieux, le gang 400 Mawozo, coutumier des enlèvements et des attaques  sanglantes contre les usagers de la route internationale Croix-des-Bouquets- Malpasse, a franchi un cap et Haïti avec, très appliqué dans sa descente aux enfers. 

Nos kidnappeurs, entre-temps, ont confirmé, après le rapt du jeudi saint d’un pasteur et de trois fidèles lors d’un service religieux retransmis en direct sur les réseaux sociaux, qu’ils se moquent éperdument de Dieu et de ses serviteurs. Ils n’ont aucun respect pour des lieux de culte, des sanctuaires. 

D’autres bandits, des assassins du G-9, ont reconfirmé qu’ils n’ont aucun respect pour la vie ni pour des lieux de vie comme Bel-Air. Jeudi 1er avril, ils y ont craché la foudre lors d’une attaque qui a fait au moins 13 morts et des dizaines de maisons incendiées, selon le RNDDH.  Parmi les morts, un homme de 81, aveugle, a été  brûlé vif dans sa maison. Les images de sa dépouille calcinée ont fait le tour du Web. Le gouvernement n’a pipé mot. Ces évènements, survenus à un peu plus d’une centaine de mètres du Palais national, sont marqués au fer de l’indifférence.                              

Avec un stock de promesses intarissable, le gouvernement, via un communiqué de presse de la chancellerie, après le kidnapping des religieux, dont deux ressortissants français, a indiqué que tout est mis en œuvre en vue de leur libération immédiate, sains et saufs. Le gouvernement, dans la foulée, a assuré « la  population de ses efforts quotidiens pour rétablir la paix dans la cité, garantir la libre circulation des citoyens et des citoyennes, promouvoir et maintenir un climat de paix favorable au progrès et au développement social et économique durable du pays ». 

Qu’à cela ne tienne, il devient de plus en plus évident que la population est livrée à elle-même, en holocauste, alors que la PNH, divisée, affaiblie, compte des policiers démotivés, démoralisés qui font le strict minimum.

Avec un Premier ministre Joseph Jouthe de plus en plus en contemplation de son départ de la Primature, il est difficile de miser sur la cohésion du gouvernement, plus proche de la sortie dans un contexte de fin de règne risqué pour Jovenel Moïse.

Jovenel Moïse, sourd aux supplications de ce pays qui souffre, a le nez dans le guidon de projets risqués et controversés qu’il veut imposer au pays : un référendum pour changer la Constitution, des élections à haut risque avec un CEP décrié n’ayant pas prêté serment devant la cour de cassation.



Réagir à cet article