Un rêve devenu réalité pour Ashkanov Apollon

PUBLIÉ 2021-04-05
Né le 3 avril 1991 à Boston (Massachusetts) de parents haïtiens, Ashnakov Apollon, gaucher impénitent, avait appris à jouer au football lors de son passage en Haïti. Après son périple en Thaïlande, Vietnam, France et aux USA, le fils de Rony Apollon, qui rêvait de porter depuis longtemps les couleurs des Grenadiers, l’a réalisé le 25 mars en cours à l’occasion de la rencontre Haïti – Belize, comptant pour la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 / zone Concacaf.


Âgé alors de 13 ans (2004), Ashnakov, qui n’est autre que l’unique fils de ses parents, avait dû quitter Boston pour résider à Canapé-Vert (Haïti) et intégrer la petite équipe d’Union NAC. L’ancien élève du Collège Les Normaliens Réunis résidait à Port-au-Prince jusqu’en 2008 avant de faire son come-back aux États-Unis d’Amérique et continuer sa formation académique au Peninsula College. Toujours est-il qu’il n’a jamais abandonné le football. Pour cette discipline sportive, dit-il, il a développé une grande passion, d’autant que son père (Rony) fut un grand amateur du sport-roi haïtien.

Grâce à son talent et son pied gauche magique, Ashnakov a pu taper dans l’œil de pas mal de recruteurs. Ainsi, il a été enrôlé par la deuxième équipe de Portland Timbers (USL) alors que celle de Washington (D1 universitaire) le suivait de près. Il faut dire qu’à l’époque, Ashnakov Apollon avait deux possibilités : rester au sein de son équipe pour qu’il soit drafté ou aller en Asie pour signer son premier contrat professionnel. Pris entre l’enclume et le marteau, il a fait le second choix et a signé en faveur du Grakcu Looktabfa (D1, Thaïlande).   

Son voyage en terre thaïlandaise fut de courte durée puisqu’il allait revenir aux USA pour parapher un bail avec la formation de Kitsap Pumas SC et transféré à Sounders (U23). Vu que son passage en Asie avait fait tache d’huile (13 matches, 9 buts et 5 passes décisives), il est revenu en Thaïlande et a joué pour l’équipe de Samut Sakhon FC avant d’être transféré au Vietnam et s’est engagé avec le Long AN FC.  

Guidé par son agent, Ashnakov Apollon avait également joué en France (CFA 2) au sein des équipes du SR Colmar, FC Mulhouse, Chateaubriant et Fontenay. Revenu à nouveau aux USA, Ashnakov, qui parle très bien le créole, avait paraphé un bail avec l’équipe de Sacramento Republic FC. Cependant, depuis le 31 décembre 2020, il reste sans club, n’empêche qu’il caresse toujours le rêve de porter les couleurs de la sélection nationale de football.

Vu qu’il était dans les petits papiers des sélectionneurs comme Marc Collat ou encore Patrice Neveu, le nom d'Ashnakov Apollon a, contre toute attente, figuré sur la liste élargie de 29 joueurs retenus par Jean-Jacques Pierre pour affronter l’équipe du Belize. « Quelle joie d’être appelé en équipe nationale ! », a-t-il écrit sur sa page Facebook. En l’absence d’Alex Christian Jr, il en a profité pour évoluer au poste de latéral gauche lors de la rencontre opposant les Grenadiers aux Jaguars. Ashnakov a disputé 63 minutes avant de se faire remplacer par Christiano François.

Au terme du match face à Belize où il a été plutôt bon, présent dans les duels et utile dans les tâches offensives, Ashnakov Apollon fait partie des Grenadiers qui retiennent l’attention des fans et sympathisants du football haïtien. Sans l’ombre d’un doute, il serait une très bonne doublure d' Alex Christian Jr.

« Nous suivons Ashnakov de près, a confié Jean-Jacques Pierre, qui s'est dit satisfait de sa prestation. J’ai éprouvé une grande fierté de porter les couleurs des Grenadiers. À dire vrai, c’est un rêve qui devient aujourd’hui réalité », a laissé entendre Ashnakov Apollon qui souhaite disputer la phase finale de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 avec les Grenadiers.

Pour qu’il soit plus performant avec les Grenadiers, Ashnakov Apollon se trouve dans l’obligation de trouver un club, vu son poste au sein de l’équipe nationale d’Haïti, qui a pas mal de preneurs, entre autres Wild-Donald Guerrier ou encore Alex Christian Jr.   



Réagir à cet article