Le groove de Givens François dans «Wake up planèt »

La force explosive du groove du saxophoniste haïtien Givens François éclate dans «Wake up planet». Disponible actuellement sur le web, le vidéoclip démarre sur des images et des sons en notes de feu.

Publié le 2021-03-26 | lenouvelliste.com

«Wake up planet ». Cette musique swingue dans le style de la fin des années 80. Un mélange de soul, d’afrobeat et de disco. Dans notre tête déboulent «Let's go dancing », «Ladies night » de Kool and the gang. On est projeté dans le rythme.de notre bon vieux papagroove, Manu Di Bango avec « Soul Makossa». Et on ne saurait oublier les émissions de spectacles télévisés comme Soul train, le meilleur train dansant des mélomanes. On swingue, on fait du boogie, du rock'n roll. Du bon vieux temps passe dans cet air qui respire la nostalgie des étoiles qui ont fait danser toute une génération de jeunes en Haïti et à travers la planète. On se met à se rappeler les chansons qui nous ont marqué : I Want to break free – Queen, Africa – Toto, Here I am – Dynasty, Give me the night – George Benson, L'aventurier – Indochine, Eye of the Tiger – Survivor, Born in the USA - Bruce Springsteen, Wake me up before you go-go - Wham! 

La musique a cette force évocatrice, et c’est ce qui révèle de sa magie. Elle se décrit dans un régal festif où tout le monde chante : 

« Ooooooh  yeah

To all my party people

Let's get funky

Wake up yoh (7×)

Ha Vaw He (3×)

You are the light,you are the power (4×)

Ha Vaw He (6×)

Wake Up Planet».

Dans ce vidéocilp signé Easy production, l’ambiance est contagieuse. On danse, on se saoule de rythmes. Le saxophone résonne et traverse tout le flow musical. L’instrumentiste qui colore «Wake up planèt », une musique sortie aux États-Unis le 23 novembre de l’année dernière est bel et bien Givens François. On reconnaît la touche de ce natif de Gros-Morne. 

Avant d’avoir une telle force de frappe, Givens a fait du chemin. L’adulateur de Charlie Parker, de Kenny G, du Vénézuélien Ed Calle, a fait ses premiers pas dans son patelin, à l’école de musique la Sainte-famille, à Gros-Morne, dirigée par le maestro Wilner Jean. Comme lui, ce maestro a émigré aux États-Unis.

Givens a fait des kilomètres d’expérience. Les mélomanes qui suivent à la trace le sillon de certaines étoiles ont intérêt à recueillir des données sur leur parcours. Ce compatriote, qui a pris ancrage aux Etats-Unis en 2003, a déjà gravé sa marque instrumentale sur le CD du chanteur jamaicain Nigel Lewis en 2005. En tant que fils de la promesse, son instrument a accompagné durant treize années, le groupe de l’église Pentecostal Revival Center. De 2007 à 2008, sa présence s’est fait remarquée comme figurant dans des films américains, notamment «Marley & Me » de Jennifer Aniston et Owen Wilson.

L’envol

En Haïti, cet admirateur des virtuoses haïtiens du saxe, Loubert Chancy, Abdel Lafrance, Wébert Sicot, a joué dans plusieurs ensembles de musique : Fasad full power de Pétion-Ville, l'orchestre La voix de Dieu, la fanfare du lycée Toussaint Louverture, T-Tabou de Doff Chancy et Disip.

Après des années d’expérience, en 2015, il prendra son envol sur les ailes de son premier opus « Off we go ». Ainsi débute sa carrière solo.

La chanson «Wake up planèt » s’inscrit dans la poursuite de la marque Givens François, un morceau qui sera cristallisé dans «Born again», un album à paraitre en été prochain.

Dans cette musique dansante traversée par le climat rythmique des années 80, toute une équipe a accompagné le saxophoniste: la programmation est de Durva Jamesley. Il a bénéficié de la touche de Terrence Rolle/Givens Francois pour les arrangements, du bassiste Mackenson Lubin, du trombonniste Brandoon Beasley, du batteur Kéandre Kelley, du trompettiste Lovens Lubin, du chanteur Levi Knowles, du saxophoniste alto Michael Emmanuel, des percussionnistes Matissou Legba de Boukan Ginen (décédé au début du mois de mars), de Steve Kornicks et de Tania Momperousse, sans oublier Nathalie Augustin, Givens François (chœur).

«Wake up planet » est un appel au réveille de la terre qui a besoin de respirer.



Réagir à cet article