Fantom 509: la PNH annonce révocation et avis de recherche

Publié le 2021-03-23 | Le Nouvelliste

Le directeur général de la Police nationale d’Haïti, Léon Charles, a réagi à la mort du policier Pierre Mystal Richard, survenu lors des affrontements entre policiers et membres du groupe Fantom 509. Dans un communiqué de presse publié dans la soirée du lundi 22 mars, le DG a dénoncé «l’assassinat de la victime et la blessure par balle d’un autre policier, par le groupe terroriste Fantom 509 lundi 22 mars à l’angle de Delmas 31 et la route de Delmas». 

Plus loin, Léon Charles a imputé au coordonnateur du SPNH17 Jean Elder Lundi la responsabilité des événements qui ont survenu. «Ce groupe criminel a mis à exécution les menaces proférées par son coordonnateur Jean Elder Lundi, qui avait annoncé un lundi noir dans la presse. L’institution a déjà enclenché des poursuites judiciaires contre les membres de cette bande qui continuent de semer le deuil dans le camp des policiers et de la population. La police traquera, au nom de la loi et l’ordre, avec la dernière rigueur ces criminels qui croient pouvoir agir en toute impunité», a menacé le directeur général.

En plus des poursuites judiciaires, Léon Charles a également annoncé «le renvoi de l’institution des policiers identifiés à Fantom 509». “La police procédera à l’arrestation, pour usurpation de titre, de tous ceux qui continuent de porter l’uniforme de la PNH, après leur révocation», a-t-il averti. Le communiqué de la PNH ne précise pas si ces mesures de révocation ont été recommandées par l’Inspection générale de la police et approuvées par le ministre de la Justice. 

Par ailleurs, sur la page Facebook de la PNH, des avis de recherche ont été émis contre des policiers accusés d’être membres du groupe Fantom 509. Les policiers indexés répondent aux noms de Jean Elder Lundi, Alexandre Pascal, Abelson Gros-Nègre, Louis Ludner, Antoine Dario, Jules James Josué, Geffrard Guerby, Nazaire John, St Hilaire Rodzel. «Ces individus armés et dangereux membres du groupe terroriste Fantom 509 sont activement recherchés par la Police nationale pour crimes, assassinats, destructions de biens publics et privés entre autres», peut-on lire sur la page Facebook de la PNH. 

Au moins deux policiers indexés ont nié avoir pris part aux actes de Fantom 509. Sur Magik9 ce mardi, l’inspecteur divisionnaire Jean Elder Lundi, coordonateur du SPNH, a démenti être membre du groupe Fantom 509. “Je savais qu’on allait arriver là. Je savais que la lutte que je mène allait me conduire dans cette voie. Je l’accepte avec courage. Au moment opportun je vais pouvoir porter mon uniforme avec toute la fierté d’un policier de 25 ans de carrière. Ces avis de recherche sont des intimidations orchestrées contre les syndicalistes. C’est une répression syndicale. Je les mets en défi de prouver que j’étais dans les rues au moins une fois dans les manifestations de Fantom 509”, a-t-il soutenu, insistant sur “la grande différence entre Fantom 509 et le SPNH17”. 

Le policier Louis Ludner, affecté au commissariat de Côtes-de-Fer, a lui aussi nié toute implication dans les agissements de Fantom 509. « C’est une erreur commise au niveau de l’administration. Ce n’est pas la première fois. J’ai été convoqué et auditionné, on avait conclu que je n’étais pas coupable, que je n’étais pas fautif. J’étais retourné travailler à mon poste calmement. Si l'on veut vérifier si un policier a failli à sa mission, il faut consulter son supérieur hiérarchique et la « main courante ». Je suis à Côtes-de-Fer depuis 8 jours. J’apporte un démenti formel à ces accusations. Je demande au haut commandement de vérifier sa base de données. Moi je peux prouver à 90% que j’ai toujours été à Côtes-de-Fer lors des manifestations de Fantom 509 », a-t-il assuré. 

Ses derniers articles

Réagir à cet article