Libération des trois personnes, dont deux Dominicains, enlevées la semaine dernière

Publié le 2021-02-27 | lenouvelliste.com

Enlevés le samedi 20 février à Port-au-Prince par le gang de Grand-Ravine, les deux ressortissants dominicains et un compatriote ont été libérés vendredi 26 février après avoir passé une semaine en séquestration. Antonio Gener Campusano Feliz et Maico Enrique Campusano Felix doivent faire leurs déclarations ce samedi matin à la DCPJ avant de rentrer en République Dominicaine et Junior Albert Augusma (Ti Nèg) avant de rentrer chez lui en Haïti.

Soulagée par la libération de ces techniciens qui travaillaient sur la réalisation d’un film, Vélina Charlier, l’un des responsables de Muska Films, la compagnie pour laquelle travaillaient Antonio Gener Campusano Feliz, Maico Enrique Campusano Felix et Junior Albert Augusma (Ti Nèg), a fait savoir au Nouvelliste qu’ils ont été libérés à la suite de l’intervention des autorités haïtiennes. « Ils sont libres depuis vendredi, ils vont faire leurs déclarations à la DCPJ avant de rentrer chez eux », a-t-elle dit au Nouvelliste, samedi matin.

Le Nouvelliste a appris que les négociations pour la libération de ces trois personnes ont été assurées totalement par le gouvernement. On ne sait pas encore s’il s’agissait d’une libération contre rançon. Cependant, il n’y a pas eu d’interventions policières. Des vidéos qui circulent depuis vendredi sur les réseaux sociaux montrent Antonio Gener Campusano Feliz, Maico Enrique Campusano Felix et Junior Albert Augusma (Ti Nèg) tout souriant se promenant dans les rues dans la zone où ils ont été séquestrés.

Alors qu’ils revenaient d’un tournage à Jacmel avec plusieurs autres membres de Muska Films, les trois techniciens avaient été enlevés à Port-au-Prince samedi 20 février.

Leur convoi avait été attaqué par un pick-up blanc immatriculé Service de l’État, avec à son bord des hommes lourdement armés. « Tout allait bien sur la route jusqu’à ce que nous soyons arrivés à Fontamara où trois véhicules ont tout fait pour scinder le cortège. Ce qu’ils ont finalement réussi à faire », avait rapporté Vélina Charlier.

Le rapt a eu lieu le samedi 20 février vers 9h du soir à Martissant, entre la 4e et la 5e avenue Bolosse. Selon le porte-parole de la Police nationale d’Haïti (PNH), Garry Desrosiers, les ravisseurs ont conduit les victimes à Grand-Ravine avant d’exiger deux millions de dollars pour leur libération.

Le président dominicain s’était personnellement investi dans cette affaire. Dans un tweet posté hier soir, Luis Abinader a été d’ailleurs le premier à annoncer leur libération avant les autorités haïtiennes : « Acabo de conversar con @moisejovenel, quien me informa que los dos jóvenes secuestrados están bajo custodia policial haitiana. Hemos dado instrucciones para que sean trasladados a la Embajada Dominicana en Puerto Príncipe. En français,  Je viens de parler avec @moisejovenel, qui m’informe que les deux jeunes kidnappés sont gardés à vue par la police haitienne. Nous leur avons donné des instructions pour qu’ils soient transférés à l’ambassade dominicaine à Port-au-Prince.»



Réagir à cet article