La police colombienne aide la PNH à renforcer son unité anti- enlèvement 

Publié le 2021-02-23 | lenouvelliste.com

Le Premier ministre Joseph Jouthe, interrogé par le journal en début de soirée, a fourni quelques détails après le tweet de l’ambassade des États-Unis annonçant «  qu’avec le support du @StateINL à #Haïti (International Narcotics and law), @pnh_officiel, DG Léon Charles a accueilli des homologues de la Police nationale colombienne qui contribueront à renforcer la capacité de l'unité anti-enlèvement de la PNH ».

« Ce  projet, a expliqué Joseph Jouthe, consiste à faire une évaluation de la capacité de la CCE à faire face au phénomène d’enlèvements contre rançon, faire des propositions à la DCPJ en vue du renforcement de cette unité et l’aider à acquérir l’équipement hi-tech adapté aux besoins de l’institution ». « L’ambassade américaine via l’INL finance. Les Colombiens apportent leur expertise en la matière », a indiqué Joseph Jouthe, soulignant que la Colombie a été choisie « pour avoir su combattre ce phénomène pendant près d’un demi-siècle ». « La Colombie détient une expertise confirmée en matière de lutte contre les guérillas urbaines et les bandes armées », a-t-il poursuivi.

Ce partenariat intervient à un moment où l’ONU indique que les kidnappings ont augmenté de 200% en 2020. « Au cours des 12 derniers mois, les enlèvements se sont multipliés de façon inquiétante, leur nombre ayant augmenté de 200 % par rapport à l’année précédente : 234 cas ont été signalés en 2020 (dont les enlèvements de 59 femmes et 37 mineurs), contre 78 en 2019 », a révélé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans son rapport devant le Conseil de sécurité de l’ONU. 70 enlèvements ont été signalés entre septembre et décembre (dont les enlèvements de 13 femmes et de 6 mineurs), selon  Antonio Guterres.  

Le président Jovenel Moïse, contrairement à l’ONU, a indiqué, lors de son intervention lundi au Conseil de sécurité que « le nombre de kidnappings a considérablement baissé et la population apporte son support au travail de la police nationale », soulignant avoir œuvré au renforcement « des capacités de la police et le démantèlement agressif des gangs », en réponse à la politique de chaos de certains. 



Réagir à cet article