Haïti récupère 30 des 42 millions de dollars avancés pour l’aéroport Toussaint Louverture

Publié le 2021-01-13 | Le Nouvelliste

L’État haïtien a reçu 30 millions des 42, 534,450.00 dollars avancés en 2016 à la China National Automation Control System Corp au titre de la contribution contractuelle de l’État haïtien à l’exécution du projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince. L’État haïtien a reçu un « paiement partiel de trente millions », a confié en exclusivité le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert à Panel Magik, la matinale de Magik 9 (100.9 fm, www.magik9haiti.com), mercredi 13 janvier 2021. « C’est un dossier qui est en passe d’être clos parce que nous avons reçu une bonne partie du montant qui a été avancé », a poursuivi le grand argentier de la République, soulignant que « les avocats engagés par l’État haïtien continuent de travailler ». 

Le contrat a été signé sous l’administration Martelly et les fonds ont été engagés sous la présidence provisoire de Jocelerme Privert. 

Les partenaires techniques et financiers d’Haïti avaient dénoncé ce contrat non concessionnel, en violation des engagements pris par Haïti lors de l’annulation de sa dette externe. 

Le ministre de l’Économie et des Finances de l’administration Privert, feu Yves Romain Bastien, avait fait état de pression de ces partenaires pour rompre l’accord avec la China National Automation Control System Corp. « Il faut être d’accord qu’on est pris à défaut », avait indiqué Yves Romain Bastien, en conférence de presse en novembre 2016. 

L’exécutif, sous Jovenel Moïse, avait instrumentalisé ce dossier et prétendu rechercher cette somme. L’ex-ministre des Finances, Yves Romain Bastien, avait été auditionné au parquet de Port-au-Prince et fait l’objet d’une mesure d’interdiction de départ. La banque chinoise avait pourtant écrit en mai 2016 aux autorités afin de faire part de sa disposition « à venir discuter avec vous de ces contraintes et des arrangements possibles permettant de les lever, sans qu’aucune des parties se retrouve lésée ».  

Roberson Alphonse

Ses derniers articles

Réagir à cet article