Parlement/Caducité

Joseph Lambert revient à la tête du « Sénat » et dénonce la nomination du CEP et du Comité consultatif sur la Constitution…

Un an depuis que le président de la République avait dit constater la caducité du Parlement à travers un tweet. Pour rester fidèle à sa position, du 13 janvier 2020 à aujourd’hui, Jovenel Moïse n’a jamais fait référence aux dix sénateurs encore en fonction ni ne les a consultés sur aucune de ses décisions. Le sénateur Joseph Lambert, qui revient ce mardi à la tête du Sénat de dix membres, a dénoncé le fait que le chef de l’Etat a pris la responsabilité de nommer un Conseil électoral provisoire et un Comité consultatif sur la réforme constitutionnelle « sans consulter le Sénat ».

Robenson Geffrard
Par Robenson Geffrard
12 janv. 2021 | Lecture : 3 min.

À l’issue d’une élection tenue le mardi 12 janvier, Joseph Lambert remplace Pierre François Sildor au poste de président de ce qui reste du Sénat. Déjà, le sénateur du Sud-Est fait des vagues à la tête d’un Sénat moribond et insipide ces 12 derniers mois.  D’entrée de jeu, Joseph Lambert s’attaque à la nomination du Conseil électoral provisoire et du Comité consultatif sur la réforme de la Constitution. Non que ces institutions soient illégales ou inconstitutionnelles, mais parce que Jovenel Moïse n’avait pas consulté le Sénat a

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.