Séisme/ 11e anniversaire

Relire «Les Immortelles» de Markenzy Orcel

Le séisme du 12 janvier 2010 a inspiré un grand nombre d’auteurs haïtiens et étrangers. De grandes figures de la littérature haïtienne contemporaine ont publié des ouvrages avec pour trame cette catastrophe meurtrière : Dany Laferrière (Tout bouge autour de moi), Yanick Lahens (Failles), Kettly Mars (Aux frontières de la soif), Garry Victor (Soro)... Le tremblement de terre a aussi donné lieu à une diversité de voix. De jeunes romanciers, dont Markenzy Orcel avec son roman « Les immortelles », consacrent leur plume à ce désastre qui marque à jamais chaque Haïtien. Retour sur ce roman d’envergure de cet écrivain qui a été co-invité d’honneur de la 23e édition de Livres en folie en 2017.

Publié le 2021-01-12 | Le Nouvelliste

Markenzy Orcel a fait ses débuts dans la poésie. Il a publié « La douleur et l’étreinte» en 2007, Sans ailleurs en 2009. Il est aussi auteur de plusieurs romans (Maitre-Minuit, L’Empereur, une boîte de nuit à Calcutta…). Mais son premier roman «Les Immortelles»  (Mémoire d’encrier, 2010) reste un livre de grande facture avec lequel le natif de Port-au-Prince survole les nuages. Avec ce livre, le romancier a touché un plus large public.

Récit

Dans un bordel de Port-au-Prince, sur la grand-rue, une survivante du tremblement de terre meurtrier du 12 janvier 2010, prend à parti l’inconnu qui monte la voir. Apprenant qu’il est écrivain, elle lui propose un marché. S’il couche sur le papier l’histoire de ses sœurs prostituées fauchées, emportées par le séisme sous les décombres, elle s’offrira à lui sans compter. Il accepte et met ses mots au service de l’amour et de la souffrance.

La femme conteuse ressuscite l’une d’entre elles, Shakira, « la petite », toute pénétrée d’une passion dévorante pour Jacques Stephen Alexis, une grande figure de la littérature haïtienne. Cette dernière parle avec son cœur de la petite avec qui elle partageait des instants de joie, des moments inoubliables que le séisme ne pouvait emporter. Cette petite qui, passant son temps à dévorer des livres entre deux passes, est morte ensevelie sous les décombres d’un immeuble. Pour la putain, Shakira était plus qu’une amie, elle était sa propre fille.

« Les Immortelles » du  romancier Markenzy Orcel a fait un carton dès sa parution en 2010. Ce roman a été salué par les critiques littéraires. On reconnait à l’auteur un style limpide, une écriture mature. Ce livre de 132 pages dans lequel l’auteur donne la parole à une femme de petites mœurs présente tout un monde de douleurs et d’angoisses. L’écrivain redonne aussi chair et âme aux fantômes de ces femmes meurtries, dans la mort comme dans la vie pour reprendre les mots de Philippe Chevilley.

« Les Immortelles est le premier roman bref et beau de Markenzy Orcel. Son style lyrique, limpide est d’une grande force. Entre les lignes, il nous parle de la violence des hommes, de l’amour/haine qui lie les enfants à leurs parents ; de cette foi aveugle en un Dieu qui détruit le monde, et de la force des livres… un roman âpre et fulgurant.»

Elien Pierre
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article