Crise politique

Calendrier électoral versus calendrier de mobilisation anti-gouvernementale

En bloc, l’opposition politique rejette le calendrier électoral publié jeudi par le Conseil électoral provisoire décrié. Parallèlement, les opposants au pouvoir en place publient un calendrier de mobilisation, dans lequel ils prévoient le remplacement du président de la République le 7 février prochain.

Publié le 2021-01-08 | lenouvelliste.com

La publication du calendrier électoral semble taper sur les nerfs de l’opposition politique chauffée à blanc. Pour les opposants farouches à Jovenel Moïse, il s’agit d'une provocation. Si le calendrier du Conseil électoral s’étend jusqu’au janvier 2022, celui de l’opposition politique s’arrête au 7 février prochain et il porte le nom de « Calendrier de mobilisation citoyenne pour le respect de la Constitution ».

Comme pour le CEP, le calendrier rendu public par des organisations politiques membres de la Direction de l’opposition politique démocratique est déjà en cours d’exécution. Le 5 janvier dernier, il y a eu, selon le calendrier envoyé à Le Nouvelliste, une rencontre des acteurs de la société civile et de la classe politique pour finaliser la proposition de sortie de crise.   

Du 6 au 10 janvier 2021 est prévue la poursuite des consultations sur la proposition de sortie de crise qui sera présentée au grand public le 11 janvier. «  Du 10 au 20 janvier, une série de mobilisations sera organisée à travers tous les départements du pays avec les différentes coordinations de l’opposition et le 15 janvier est réservée à la journée de mobilisation nationale et internationale en Haïti et aux États-Unis contre la discrimination et pour la démocratie », lit-on dans le calendrier.    

Le 20 janvier, selon le calendrier de l’opposition, c’est la journée de mobilisation nationale pour le respect de la Constitution et la mise en place de la transition.  « 22 janvier, début des manifestations spontanées et de la mobilisation sous toutes ses formes dans le pays. Le 1er février, la dernière ligne droite, soulèvement général de la population (blocage, désobéissance civile, manifestations spontanées, barricades - jusqu’à la mise en place de la transition. » 

Dans son calendrier actuellement, le CEP procède au recrutement des membres des bureaux électoraux communaux (BEC) et des bureaux électoraux départementaux (BED).
                                                                                                                                                                                 

Selon le calendrier du CEP qui n’a pas prêté serment devant la Cour de cassation comme l’exige la Constitution, le référendum constitutionnel est programmé pour le 25 avril 2021. « Nous allons ensuite élaborer le décret électoral afin d’organiser les élections législatives, présidentielle, municipales et locales. Ainsi, le premier tour des élections législatives et présidentielle aura lieu le 19 septembre 2021. Le deuxième tour des élections législatives et présidentielle aura lieu le 21 novembre 2021. Il y aura également les élections municipales et locales. Les résultats de ces élections seront publiés à partir du 17 décembre 2021 jusqu’au 22 janvier 2022 », a annoncé le directeur exécutif de l’institution électorale, Max Délices.



Réagir à cet article