Aglaé et Gaël Pressoir, KDC77 le binôme d’amateurs du club des six finalistes

C’est avec  une chorégraphie sur la très philosophique chanson "Bato" de New York All Stars que le duo KDC 77 s’est illustré à la finale. Pour les deux amateurs, se retrouver dans le carré sélect des 6 finalistes est la preuve qu’ils sont des danseurs avec un certain niveau.

Publié le 2020-12-18 | lenouvelliste.com

La danse est une religion pour le couple Aglaé et Gaël Pressoir. Ils vont danser dans leur cercle d’amis chaque semaine. “Pour mon mari, c’est une thérapie pour décompresser, chasser le stress, les coups de blues”, explique-t-elle. Tous les deux précisent qu’ils ne sont que des amateurs.

C’est peut-être pour cela que c’est monsieur qui a surtout été intéressé à partciper. “On voulait voir si la danse nous aime autant qu’on l’aime, et l’on se disait aussi pas question de la laissser qu’aux professionnels”.

Leur billet pour la finale, ils ne l’ont pas eu par une intervention divine. Ils ont sué en tant qu’amateurs dans un cercle de super professionnels de cet art. Mais Aglaé en est pour quelque chose, selon le mari. “Elle s’est révélée très exigente envers nous-même ; elle ne badinait pas avec les répétitions. Elle m’enjoignais à compter les pas. Cela a fini par payer, car on a réussi à monter une vraie chorégraphie”, témoigne-t-il.

Le choix de “Bato” de New York All Stars, selon la danseuse, vient de son désir d'illustrer ce texte éminemment philosophique sur l’existence. "Au regard de toutes ces difficultés que connaît le pays, on ne trouvait pas mieux que ce texte qui a fait un carton en 1998. L’on devait illuster la tempête à son plus fort mais aussi la lumière au bout du tunnel. Cela nous a exigé de modifier la musique pour respecter  le temps imparti et aussi trouver les bons gestuels”, témoigne-t-elle.

Le couple est reconnaissant envers KDC qui lui permet d’agrandir son cercle d’amis danseurs. Et pour les deux partenaires, leur arrivée en finale raffermit leur foi en leurs capacités.



Réagir à cet article