Les mots sales et vulnérables pour pays

Publié le 2020-11-19 | Le Nouvelliste

Il semblerait qu’un concours quotidien existe, lancé pour savoir qui atteindra le pire en faisant pire que ses devanciers.

Et chaque jour, les gagnants étonnent l’entendement un peu plus. Ils sont de tous les secteurs et se bousculent pour être champions.

L’opposition est au plus mal. « Les mots sales », pour reprendre le thème d’un rendez-vous pour auteurs avertis inventé par le poète James Noël il y a quelques années, sont les dernières armes de destruction massive qu’utilisent nos hommes politiques pour se dire mille vérités.

Faute d’idées neuves, on puise dans le petit pot aux insultes.

La ville du Cap-Haïtien, pour ses trois cent cinquante ans, franchit chaque jour un nouveau palier. Avant-hier, c’était la chapelle royale de Milot du roi Henri 1er qui disparaissait dans les flammes, hier c’était la statue de l’empereur Jacques 1er qui finissait en mille morceaux sur la place d’armes après les assauts d’un individu applaudi par les badauds, le 18 novembre 2020, c’est un crime de lèse-histoire qui a choqué : une banderole proclamait : « Victoire finale sur l’armée indigène » pour parler de Vertières. La dernière bataille contre l’armée française remportée par les sublimes va-nu-pieds.

La bêtise assassine la fierté capoise

Pour rester dans le registre des mairies, les discours des agents exécutifs intérimaires regorgent de perles et de moments douloureux. Pas parce que la langue française est maltraitée, c’est une qualité haïtienne de brutaliser la langue conquise, mais parce que visiblement ce n’est pas la langue la principale faiblesse des responsables. Ils n’arrivent pas à dire ce qu’ils ont décidé de dire, ce dans aucune langue. Allez savoir ce qu’ils pourront faire ou vont faire sans parler.

La langue ne nous sauvera pas, disait à juste titre Roger Gaillard.

Les morts de jeunes, d’écoliers, d’étudiants, les kidnappings, les dérapages de la police, le dollar introuvable, les turpitudes de nos responsables ou la dernière blague qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux, un rien ou le plus tragique des situations nous occupe l’esprit, nous transporte dans le désespoir ou nous étouffe de rire.

Nous sommes comme perdus dans le tourbillon du temps qui passe.

Jean Euphèle Milcé, inventeur du rendez-vous littéraire « Les mots vulnérables », est-il conscient qu’il va bientôt manquer de mots pour dire nos misères et notre martyr ?

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".