Doublement victime

Publié le 2020-11-13 | Le Nouvelliste

Il y a deux ans, la population de La Saline a connu l’enfer. Une série d'exécutions appelées le massacre de La Saline  ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2018. Plus de 70 morts selon des organisations de défense des droits humains. Les pires cruautés ont été commises en la circonstance contre des membres de la population de ce bidonville. Femmes et enfants ont été recensés parmi les victimes. Il a fallu une mobilisation des organisations haïtiennes de défense des droits humains pour que les autorités haïtiennes acceptent qu’il y ait eu massacre. Des ONG et organisations internationales comme l’ONU se sont mêlées de la partie, un peu plus tard. Aujourd’hui, personne ne peut nier qu’il y a eu massacre à La Saline. C’est peut-être la seule victoire que les victimes ont remportée en deux ans.

Dans l’intervalle, la police, à travers la Direction centrale de la Police judiciaire, a mené son enquête. Des présumés auteurs du massacre ont été identifiés, mais ils continuent de vaquer librement à leurs occupations. En guise de sanction, les hauts gradés du régime PHTK accusés dans le massacre ont été soustraits aux projecteurs, mais ils n'ont jamais été inquiétés.

En dépit de l’insistance de l’ONU, de l’ambassade américaine à Port-au-Prince et d’autres organismes internationaux ainsi que des organisations haïtiennes de défense des droits humains, les victimes tardent à obtenir justice. Au rythme auquel le dossier avance, les victimes ne savent même pas si elles trouveront justice un jour. Il est encore tôt pour qu’elles désespèrent, mais elles ne doivent pas se faire d’illusion. Avant le massacre de La Saline, il y en a eu d’autres. Quel a été le sort des victimes ?

Deux ans après le massacre de La Saline, les forces de l’ordre ne sont pas mieux équipées pour protéger la population des quartiers populaires. La justice n’a pas été renforcée pour punir les coupables. Au contraire, le pays bascule dans une insécurité généralisée. Les quartiers dits de non-droit sont en nette progression. On ne compte plus les promesses des autorités politiques et policières de mettre les bandits hors d’état de nuire. En attendant que les promesses se tiennent, les bandits gagnent chaque jour du terrain et commettent des crimes, les uns plus spectaculaires que les autres. À chaque fois qu’on pense toucher le fond, les bandits nous montrent qu’il y a encore de la place pour creuser.

Deux ans après le massacre de La Saline, les victimes attendent une justice qui n’arrivera peut-être jamais quand on sait que l’impunité s’installe en maître et seigneur chez nous. Le plus dur dans tout ça, les autorités ne montrent aucune volonté d'en finir avec le cycle de l’impunité. Dans de telles conditions, les victimes sont doublement victimes. 

Ses derniers articles

Réagir à cet article