Trump ou Biden, sur lequel parie Haïti ?

Publié le 2020-10-16 | lenouvelliste.com

Les jours avancent. Les élections du 3 novembre sont pour bientôt. Les États-Unis d’Amérique ont le choix entre renouveler le mandat du président Donald Trump ou donner un mandat à Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama.

Dans un cas comme dans l’autre, la situation d’Haïti changera de très peu pour l’administration américaine. Biden a déjà ses positions sur Haïti dont il avait géré le dossier. Trump a pris position depuis des mois.

Dans les deux cas, parce que le président au deuxième mandat change des fois de points d’intérêt et parce que devenu président, Biden peut avoir ses propres visées pour Haïti, quelque chose peut se passer. De légères inflexions qui peuvent avoir de grandes répercussions sur Haïti.

Pour toutes ces raisons, et le président Jovenel Moïse et ses opposants surveillent les élections américaines.

Le logiciel de la politique américaine vis-à-vis d’Haïti ne devrait pas changer mais encore une fois, une déclaration peut changer beaucoup de choses ici. Dans un sens comme dans l’autre.

Le régime des Duvalier avait célébré la prise de pouvoir de Ronald Reagan avant de se faire botter les fesses par le cow-boy de Californie.

En attendant, les observateurs avisés de la politique américaine envers Haïti n’ont pas manqué de relever que la visite de la délégation de haut niveau, présidée par Adam Boehler du Development Finance Corporation a été un camouflet pour le pouvoir en place.

La mission de cette institution, qui a remplacé l’OPIC en décembre dernier, s’inscrit dans le cadre de la stratégie mondiale des États-Unis de contrer les ambitions chinoises avec la « Route de la soie ».

En visite en Haïti et en République dominicaine, son président a donné le poids de chaque pays à l’aune de ses annonces. Pour Haïti, entre 20 et 100 millions de dollars d’investissements et de dons. Pour la République dominicaine, 2 milliards de dollars d’investissements. Chez nos voisins, signature avec le président Abinader. En Haïti, une rencontre sur une galerie avec quelques organisations.

Faut-il rappeler que la République dominicaine reconnaît la Chine ? Haïti n’a pas pris ce risque.

La République dominicaine tient ses élections et connaît des alternances politiques tranquilles. Haïti n’a ni date ni organisation pour aller à des élections.

L’opposition et le gouvernement haïtien vont-ils parier sur Trump ou sur Biden ?

Cela ne changera pas grand-chose quel que soit le gagnant. C’est Haïti qui a des handicaps graves selon les critères de la politique étrangère américaine, toutes administrations confondues.



Réagir à cet article