Djem Fresh, à cheval sur sa carrière solo et Hotmen Rap

PUBLIÉ 2020-10-16
Que ce soit à Port-au-Prince ou dans les villes de province, Haïti regorge de talents. Parmi eux, Djemell Bazile, band leader de Hotmen Rap, un des groupes musicaux phare de la cité d’Alcibiade Pommayrac. Pour célébrer son anniversaire au début de ce mois d’octobre, l’artiste qui a cumulé une expérience de près de 14 ans dans le domaine de la musique a sorti « Enkoni ». Une collaboration avec le rappeur Mechanste qui parle de clan. Plein feu sur la vie imprégnée de musique d’un jeune Jacmélien.


Oui, oui, c’est tout à fait possible de gérer une carrière solo tout en continuant de mener de main ferme la bonne marche d’un groupe. En tout cas, c’est ce que fait Djemell Bazile. « C’est la même équipe qui m’entoure. Cela ne dérange pas ma carrière solo, ni le bon fonctionnement du groupe », indique celui qui se décrit comme courageux, déterminé et sage. Il a officiellement commencé à performer en 2006 au sein de Hotmen et dès 2009, il s’est engagé sur le chemin perso. Résultats, des dizaines de collaboration avec de nombreux artistes de la place comme Shabba du groupe Ekip, Dro Martelly, Katalòg de Gabel ou encore Damarco.

Père de deux enfants, Djemel explique que la musique est au centre de son existence. À part sa vie de famille, c’est la musique sa vie, affirme-t-il tout en précisant être heureux en ménage. Avec son look gangsta bling bling, Djemel est un rappeur fier. À la question autour de son choix de faire du rap et non un autre rythme, l’artiste informe que c’est le rap qui l’a choisi. « Le rap me caractérise. Avec lui, j’arrive à exprimer tout haut ce que d’autres ont peur de dire », confie-t-il.

L’artiste a certes grandi dans un foyer où la musique a toujours eu une place de prédilection avec un père musicien. Son papa est un ancien chanteur des Invincibles de Jacmel. Mais il a quand même dû se battre pour suivre sa passion. Sa mère, avocate et ancienne parlementaire de la République, n’a pas toujours vu d’un bon œil son choix. Rassurez-vous, Immacula Jeannis Bazile a fini par accepter que son fils soit rappeur, ajoute-t-il à titre d’information.

Très adulé dans son bled, le jeune homme a décidé d'entamer sa conquête de Port-au-Prince et de tout le pays avec des collabos. Il faut dire qu’il les enchaîne assez rapidement. En effet, « Ale », chanson réalisée avec Dro Martelly, date de quelques mois seulement. Et déjà « Enkoni » est dans les bacs. Cette collaboration qui a aussi bénéficié d’un clip est disponible partout.



Réagir à cet article