Totale reprise des activités : occasion en or pour le HMI !

PUBLIÉ 2020-10-19
Dans un monde à moitié asphyxié par la pandémie liée au nouveau coronavirus et craintif d’une seconde vague, Haïti reste l’un des rares pays où toutes les activités tournent à plein régime. Église, école, commerce et bien sûr divertissement. On a beau ne pas savoir qui remercier de ce miracle ; les anges, les saints, les lwa : la totale reprise des activités est une occasion en or pour le monde du spectacle haïtien ! À deux mois des fêtes de fin d’année, nous avons interrogé les professionnels du spectacle autour des perspectives à dégager du contexte actuel. Ils sont unanimes : il y a bien là une occasion à saisir.


Mettons-nous d’accord, nous n’avons jamais été réellement confinés au pays. Et une fois que le pays a officiellement ré-ouvert ses portes le 1er juillet dernier, lekòl te lage ! À tel point qu’on a tout fait pour rattraper le début des vacances que la Covid a gâché. Pour Hugline Jérôme, numéro 1 de Dream Promo, la reprise est forcée et audacieuse. « Quoi qu’il arrive, la Covid-19 ne s’en ira pas. Elle est notre nouvelle réalité. La question est comment on va faire pour vivre avec. En ce qui concerne Dream Promo, je continue d’organiser des soirées, par exemple les vendredis du zouk qui ont repris, mais avec des mesures de précaution. Parmi elles, une réduction du nombre de personnes visées. Si avant j’organisais un spectacle pour 300 personnes, j’en prends 150 jusqu’à 200 maintenant », avance l’event planner.

Pour sa part, Atkinson Bélizaire dit Zagalo estime que cette reprise a été possible, car le public haïtien s’est rapidement mis à la recherche de distraction. Ce qui a rendu la relance certes effective mais entachée d’un manque de production. « Il y a eu plusieurs belles soirées, que ce soit à Port-au-Prince ou dans les villes de province, avec Enposib, Kreyòl La, Ekip ou encore Mass Konpa, mais il n’y a que le groupe Enposib à avoir un album. Sinon Ekip n’a qu’une seule chanson, Mass Konpa et Kreyòl La aussi », poursuit celui qui gère de main ferme l’entreprise Zigizag Productions. L'homme de spectacles met cependant le bémol sur le fait que les groupes qui évoluent dans la diaspora haïtienne ne se sont pas encore déplacés pour des prestations en Haïti sauf Nu-Look qui arrive en Haïti ce 30 octobre pour les 21 ans de la production de Zagalo. Le bal se fera à l'hôtel Karibe.

Adhérant aux deux points de vue précédents, Berthony Raphaël de Havana Guitar Night rappelle cependant qu’il ne faut pas oublier que le coronavirus est toujours là. Et par conséquent, il est important de continuer à prendre les précautions d’usage. Poussant plus loin la réflexion, il croit que là se tient une opportunité de laquelle nous devrions profiter. « Celui qui habite à New York ou quelque part d’autre qui voit la vie poursuivre son cours normal en Haïti a envie d’être là. Et de ce fait, nous devons envoyer le signal que nous sommes prêts à recevoir du monde, que nous sommes prêts à offrir du divertissement aux gens. Pour cela, il faudrait que l’insécurité, par exemple, ne soit pas autant une préoccupation. Si un climat de paix est créé d’ici le mois de décembre et qu’une certaine confiance s’installe chez ceux qui ont envie de venir au pays, on peut avoir la garantie qu’il n’y aura pas de place dans les hôtels pour le flux qui se déversera sur nous », indique-t-il.

En ce qui concerne les perspectives du mois de décembre 2020, beaucoup d’espoir se dégage. Réal Louis de Real Productions pense que ce qui s’est passé est la preuve que le droit au divertissement est tout aussi important que les autres. « Ce serait le moment de mettre notre plan de développement touristique en marche. Car beaucoup de pays sont réticents à ouvrir. Et pourquoi pas mettre une campagne sur pied pour attirer les touristes chez nous ? », préconise-t-il.

Pour Hugline Jérôme, il y a définitivement des opportunités à tirer. Celle dont l’entreprise a fêté ses douze ans en janvier dernier espère que ces fêtes seront comme celles de l’année 2009. Pour rappel, ce fut le dernier vrai décembre pour nous autres Haïtiens, sans soucis. « Je prie pour que ces fêtes soient bonnes. Je le visualise, je travaille pour et je me suis fait ce vœu-là. Je reste positive tout en continuant à mettre des balises en place afin de matérialiser mes ambitions », indique la dame.

Zagalo est le plus optimiste de tous : « Dans la mesure où les problèmes politiques diminuent, particulièrement l’insécurité, pour la fin de l’année, on va probablement avoir une belle fête avec la venue de plusieurs formations musicales notamment Vayb, Nu-Look ou encore Klass. Mettons-nous d’accord, nous n’avons jamais été réellement confinés au pays. »



Réagir à cet article