Elections : l’ONU prône un "consensus politique minimal" pour éviter la violence

Publié le 2020-10-05 | Le Nouvelliste

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé à un « consensus politique minimal » dans le cadre de l’organisation des élections pour éviter que celles-ci, comme par le passé, soient émaillées de violences préjudiciables à la population. « Un consensus politique minimal, assorti d’un plan réaliste pour la tenue d’élections, qui fixe notamment le cadre électoral, le calendrier, les listes électorales et le budget, et un Conseil électoral provisoire pleinement fonctionnel sont nécessaires pour garantir des élections libres, équitables et transparentes qui confereront une légitimité au système politique et renforceront les institutions de l’État et la bonne gouvernance », a indiqué le secrétaire général de l’ONU dans le chapitre « observations » de son dernier rapport au Conseil de sécurité sur Haïti.

 « Dans le cas contraire, a souligné Antonio Guterres, la population haïtienne pourrait une fois de plus être victime de violences politiques similaires à celles qui ont entaché les élections précédentes. Je réitère donc mon appel, avec une urgence renouvelée, au gouvernement et aux acteurs politiques et ceux de la société civile pour qu’ils mettent de côté leurs différences et tirent partie de cette occasion historique de répondre aux attentes populaires en s’accordant sur les réformes de gouvernance nécessaires », a insisté Antonio Guterres qui offre ses bons offices en mettant ses représentants au service d’un dialogue entre les acteurs en Haïti.

« Ma représentante spéciale, le BINUH, et l’ensemble du système des Nations unies se tiennent prêts à aider les parties prenantes à engager un dialogue constructif en vue d’établir un programme de réforme consensuel et de concevoir un processus électoral crédible et ouvert à tous », a écrit le numéro un de l’ONU qui souligne avoir observé avec « préoccupation » « la détérioration rapide de la cohésion nationale ». « À l’heure où Haïti se prépare à entrer dans un nouveau cycle électoral, la détérioration rapide de la cohésion nationale constatée au début de l’épidémie de Covid-19 est très préoccupante », a aussi écrit le secrétaire général de l’ONU.

«Malgré le consensus qui prévaut sur la nécessité d’une révision constitutionnelle avant les élections et de réformes institutionnelles globales, les acteurs nationaux ne sont pas parvenus à un accord sur un programme de réformes politiques et de réformes générales pour s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité en Haïti », a indiqué le secrétaire général qui y va d’une révélation. « Dans le climat politique actuel, les négociations qui ont conduit à la nomination par le président Moïse de neuf nouveaux conseillers, le 18 septembre, ont été compliquées. Le président Moïse poursuit sa concertation avec les différents secteurs concernés en vue de mettre en place le nouveau Conseil », lit-on dans le rapport qui évoque l’appui de 4, 3 millions de dollars à l’ONI et la délivrance de 1,6 million de cartes. « Au 26 août, l’Office national d’identification, qui a récemment bénéficié d’une enveloppe de 4,3 millions de dollars pour accélérer le rythme d’inscription sur les listes, avait inscrit quelque 2,7 millions de citoyens sur un nombre total d’Haïtiens en âge de voter estimé à 6,8 millions, et délivré 1,6 million de cartes d’identité biométriques », selon ce rapport.

Entre-temps, l’administration Moïse/Jouthe fait le dos rond, affecte 3,1 milliards de gourdes aux opérations électorales et 500 millions de gourdes comme support aux partis politiques. L’administration avance en dépit de l’avalanche de réactions contre le CEP du 22 septembre, investi sans prêter serment devant la Cour de cassation, sans consensus dans la société haïtienne, avec une mission inconstitutionnelle d’organiser un référendum pour une nouvelle Constitution. Pour le moment, des partis politiques alliés et de l’opposition rejettent ce CEP mis en place par l’exécutif.

«  Au plan politique, selon l’ambassade de France, il convient de construire le consensus le plus large possible ». « Enfin, les électeurs doivent être assurés qu’ils pourront émettre un vote libre sans subir la pression de groupes armés illégaux», avait indiqué le communiqué de l’ambassade de France qui figure dans le sillage de remarques effectuées par l’ambassadeur José Gomez de passage à Jacmel. 

Après la publication de l’arrêté nommant le CEP, les États-Unis avaient pris note et indiqué  attendre la publication du décret et du calendrier électoral.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".