Après la tempête, Savane Dubois attend le beau temps

À savane Dubois, une section communale de Marigot, les bananerais, la principale culture de la zone, sont aplatis. Les rivières Felses, Massacre, citronnier, Crepin et Pavée ont presque tout détruit. Difficile d’évaluer le coût des dégâts dans une section communale dont cette production  et  la pêche constituent les seules véritables activités génératrices de revenus. Décapitalisés, les producteurs agricoles attendent des interventions au plus vite des autorités gouvernementales pour  se relever.    

Publié le 2020-09-11 | Le Nouvelliste

Savane Dubois est considérée comme étant la deuxième plaine du pays, après celle d’Arcahaie en terme de production de bananes. Dans ce recoin, c’est la culture dominante. Ils y sont rares, les ménages qui ne s’adonnent pas à la culture de cette denrée. La nourriture des familles, l’écolage des enfants, (…) tout dépend de cette culture. La tempête Laura a porté un coup fatal à ces producteurs. Selon les estimations de la direction départementale agricole du Sud-Est environ deux tiers des bananiers ont été détruits par cette tempête tropicale.

Cette zone est traversée par plusieurs grandes rivières. Ces dernières ne sont pas régulièrement curées. Une légèreté  qui a causé les inondations à répétition dans cette partie du pays provoquant ainsi, destruction de maisons, blocage des routes et la destruction des champs. La situation est catastrophique. Au cours de cette tempête, les rivières comme, Felses, Citronnier et Massacre ont laissé leurs lits et prennent d’assaut les bananeraies, emportant l’économie de toute une zone et enfonçant une plus large proportion de la population haïtienne  dans l’insécurité alimentaire. « Si toutes les conditions sont réunies dans cette plaine, la production de banane peut générer jusqu’à un milliard de gourdes à cette zone », estime un haut cadre du Bureau agricole communale de Marigot.

Plusieurs semaines après la tempête, dans certaines localités, il est encore impossible de différencier le lit des rivières, la route, la cour des maisons et les champs de bananes. Tout se mélange, tout se confond. De grosses pierres, du sable, des troncs d’arbres, des drageons et des bananiers matures gisant par terre remplacent les bananerais. C’est la désolation sur le visage des producteurs. Les champs de bananes ne se relèveront pas par magie. De grands débours s’imposent. Si rien n’est fait dans l’immédiat, ce qui ne sera, selon toute vraisemblance pas le cas, vue l’intensité des dégâts, il sera impossible de continuer à produire dans les espaces affectés.

Ainsi, l’on doit s’attendre à une réduction de la superficie cultivable dans ces lieux. Tout cela pour dire que le cyclone a anéanti les efforts de plusieurs centaines de petits producteurs. Cadre de la direction départementale agricole du Sud-est, Ricot Scutt affirme que c’est plusieurs dizaines de millions de gourdes de bananes qui sont emportés par les eaux en furie. Même avec la pleine volonté des autorités gouvernementales, il va falloir plusieurs années pour tout réparer. L’on est encore en pleine période cyclonique et rien n’augure de bons pour les habitants de Savane Dubois.  Ils ne savent où donner la tête. Selon les présidents des Conseils d’Administration des sections communales (CASEC) de savane Dubois et de Macary respectivement Déraly Roger et de Sully Sainfète, c’est le moment, pour l’État de venir en aide à la population de ces zones mais également à tous ceux, dans les autres parties du pays, qui ont perdu leurs moyens d’existence.

En visite dans le département du Sud’Est, ce jeudi 10 septembre 2020, le ministre de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Patrix Sévère promet d’agir sans tarder. La situation, soutient-il, réclame l’immédiateté dans les actions gouvernementales. C’est pourquoi, il se faisait accompagner des hauts cadres des directions départementales du ministère de l’Environnement et des Travaux publics (MTPTC) et du directeur des infrastructures agricoles du ministère de l’Agriculture, Marc Edouard Dieujuste afin de préparer une réponse coordonnées. Seul, insiste le ministre, son ministère ne pourra pas apporter les réponses appropriées.

À très court terme, deux actions s’imposent. Patrix Sévère parle de la remise en eau des systèmes d’irrigation et la recapitalisation de la population victime. Il est prévu, à cet effet, la distribution du bétail et des outils agricoles dans toutes les zones touchées par la tempête. Une emphase importante sera mise sur Savane Dubois, qui reste toujours sur la menace des ouragans à cause de l’état des rivières.

Ainsi, de concert avec le ministère des Travaux publics, Transport et Communications, d’importants travaux seront effectués au niveau des systèmes d’irrigation. La prise de Rodai et le système d’irrigation de Belle-Roche seront les premiers servis. Mais, l’emphase sera également mise sur les autres communes du département du Sud-est ayant été touchées parallèlement à celles des départements du Sud et de l’Ouest.

L’on passera très vite du palliatif à des travaux de consolidation. À moyen terme, les autorités comptent entreprendre des travaux en profondeur au niveau de ces cours d’eau. Cela nécessiterait une importante enveloppe que les ministères de l’Agriculture et des Travaux publics ne disposent pas encore. Mais, si l’on en croit le chef de la délégation, le travail ne concerne pas que la réparation des dégâts. Il est aussi question de prévenir de tels dommages à la population rurale. C’est pourquoi, qu’un programme de reboisement sera implémenté au niveau des bassins versants des plus importantes rivières du pays. Car, soutient M. Sévère, la coupe effrénée des arbres est le principal responsable de cette catastrophe.

Dans l’optique de changer la donne, la participation de la population est amplement sollicitée. Ce qui doit passer coûte que coûte par une campagne de sensibilisation. Car, dans un passé récent, ces genres de procédés sont soldés par des échecs. L’on est très loin du compte. En attendant un vrai projet de prévention dans laquelle s’impliquent toutes les couches de la population rurale, le temps restera assombri encore un peu de temps.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".